Aziz Diop, préfet de Kankan

Comme annoncé précédemment, plusieurs membres du FNDC de Kankan ont été agressés au siège de l’UFR et mis aux arrêts. Le siège, situé au quartier M’balia, a été saccagé, des documents brûlés. A l’issue des arrestations qui s’en sont suivies, le préfet Aziz Diop annonce l’ouverture d’une enquête, comme s’il était le procureur de la République, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les membres du FNDC de Kankan ont connu une journée mouvementée ce lundi 14 octobre 2019, à l’occasion de la manifestation contre le projet de nouvelle constitution. Alors qu’ils s’apprêtaient à sortir pour exprimer leur refus d’un 3ème mandat pour Alpha Condé, ils ont été pris à partie par des militants du RPG et des agents des fores de l’ordre. Il s’en est suivi plusieurs arrestations sur ordre du préfet.

Selon Aziz Diop, toute forme de manifestation était interdite dans la localité et leur arrestation visait à les protéger de la colère des militants du RPG. « Nous avons dit que FNDC n’existe pas à Kankan. Hier dimanche, on a passé toute la soirée à sensibiliser la population. Et aujourd’hui, vous savez vu que la ville est calme, les enfants ont été à l’école, le marché est ouvert. Mais, certains extrémistes radicaux tenaient à sortir coute-que-coute du siège de l’UFR. Les militants du RPG étaient prêts pour aller les attaquer. J’ai préféré les protéger en demandant aux services de sécurité de procéder à leur arrestation », a-t-il expliqué.

En outre, le préfet a tenu à préciser que ce sont six membres du FNDC qui ont été mis aux arrêts. Selon lui, ils vont être déférés. « Ils sont au nombre de six personnes. Ils sont au commissariat. Ils seront déférés dans les jours qui viennent parce qu’une enquête est ouverte pour rébellion et même pour coup d’Etat. J’ai agi pour les protéger, parce que s’il y a un groupe de personnes qui vient vers un autre, il est de mon devoir de les extirper des mains de cette foule pour les mettre à l’abri et suivre la procédure », a-t-il laissé entendre.

S’agissant de la sortie des militants du RPG pour empêcher ceux du FNDC de manifester leur opposition au projet de nouvelle constitution, le préfet a dit qu’il n’y aura pas de pagaille à Kankan. « Vous savez, Kankan est le bastion du RPG. Donc, il n’y a pas de pagaille ici. C’est pour préserver les jeunes élèves qui vont à l’école qu’ils sont sortis. Moi, en tant que autorité, c’est à mois de prendre les devants. Je ne veux pas d’affrontement à Kankan. C’est dans ça que j’ai pu procéder aux arrestations. Ceux qui ont enfreint la loi répondront de leurs actes ».

Pour finir, Aziz Diop a appelé les uns et les autres à la retenue, rappelant au passage que « Kankan n’est pas Conakry ».

Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin