Comme annoncé dans la précédente dépêche, les citoyens de la commune urbaine de Télimélé ont pris d’assaut les principales artères de la ville suite à l’appel à manifester du FNDC contre le projet de 3ème mandat pour Alpha Condé. Fortement mobilisés, muni de pancartes, les protestataires ont fait le tour de la ville avant de tenir un meeting géant, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Fortement mobilisés, munis de pancartes et banderoles, les membres du FNDC de Télimélé ont manifesté ce lundi dans la commune urbaine. Sur certains écrits, on pouvait lire de nombreux messages hostiles au projet de nouvelle constitution : « Non au troisième mandat! Pas de changement de la constitution! Libérez nos collègues du FNDC! ».

Les citoyens, mobilisés à la devanture de la maison des jeunes, ont fait le tour de la ville via l’itinéraire suivant : maison des jeunes-marché TP-collège Kolly-carrefour jardin d’enfants-carrefour-Nonkohi-préfecture et carrefour de la station Total où un meeting géant a été ténu.

Selon Boubacar Bah, coordinateur préfectoral du FNDC, « la manifestation d’aujourd’hui s’explique par le fait que le président de la République, dans sa volonté de changer la constitution, a aussi arrêté certains de nos collègues, membres du FNDC. La manifestation va s’étendre les jours suivants, si possible, si nous n’obtenons pas gain de cause. A Télimélé ici nous sommes plus que jamais déterminés à user de tous les moyens légaux pour la sauvegarde et la survie de notre jeune démocratie. Au nom du FNDC, je vous remercie pour votre esprit patriotique et votre sens élevé de responsabilité pour avoir répondu massivement à cet appel républicain et démocratique ».

Pour Alpha Amadou Diallo, un des organisateurs, il est inconcevable dans un état dit démocratique que des gens soient arrêtés alors qu’ils ont exprimé leur opinion. « Chers camarades, je vous prie d’observer une minutes de silence en guise de soutien à nos compatriotes arrêtés illégalement afin d’exiger leur libération immédiate et sans condition. Nous exigeons du président de la République le respect de l’actuelle constitution avec laquelle il a bénéficié de deux mandats », a-t-il martelé sous les ovations.

La présidente des femmes de l’UFDG, Aissatou Bah, a pour sa part enfoncé le clou. « Aujourd’hui, nous n’avons ni routes, ni électricité, ni écoles de qualité, encore moins d’hôpitaux dignes de nom. Nos jeunes sont au chômage, l’insécurité est grandissante, les droits humains sont bafoués. Comment voulez-vous qu’on continue de vivre avec ce régime répressif qui manifeste du jour au jour son incapacité et son mépris pour sa propre population ? A bas la nouvelle constitution ».

A noter que cette manifestation s’est déroulée sans aucun incident. Aucun agent des services de sécurité n’a été constaté tout au long du parcours.

Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tél. : 622525250

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin