Décidemment, les promoteurs du contesté projet de nouvelle constitution ne sont pas prêts à reculer bien que leur initiative soit à la base des nombreux morts et des blessés enregistrés ces derniers jours à Conakry et Mamou. La ville de N’zérékoré a été mouvementée dans la matinée de ce mercredi, 16 octobre 2019. Une rencontre portant sur la nouvelle constitution a essuyé des jets de pierre à l’Ecole Normale des Instituteurs (ENI), dans la commune urbaine et s’est terminée dans la débandade, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La matinée a été mouvementée à N’zérékoré ce mercredi, à l’occasion d’une cérémonie intitulée « Débat national sur la nouvelle constitution ». La rencontre, organisée à l’ENI, a connu la présence d’enseignants, des autorités administratives et locales, des sous-préfets, de la société civile, des responsables religieux et coutumiers. Une initiative des enseignants de la localité, apprend-on.

Le gouverneur, le préfet, le maire ont tour à tour pris la parole pour s’exprimer sur le sujet. Mais, dès que Sory Sidibé, un des porteurs du projet, a pris la parole pour tenter de justifier le projet de nouvelle constitution, c’est une pluie de cailloux qui s’est abattue sur la salle de l’ENI. Et, c’est une belle pagaille qui s’en est suivie.

Les agents de sécurité présents sur les lieux ont réagi par des tirs de sommation dans une ambiance indescriptible. Une femme est tombée en syncope et transportée à l’hôpital. La situation a eu pour conséquence de perturber les cours dans une école voisine de l’ENI, dont les élèves sont tous sortis avant la fin des cours.

Les auteurs des jets de pierre n’ont pas pu être identifiés, aucune arrestation n’a été enregistrée. Mais, c’est un signal fort envoyé aux promoteurs du 3ème mandat, surtout qu’une trêve est signée à N’zérékoré entre les sensibilités sociopolitiques à ce sujet pour préserver la paix dans la capitale de la Guinée Forestière.

Foromo Lamah avec Alpha Kanso pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin