Les manifestations appelées par le Front National pour la défense de la Constitution (FNDC) contre le projet de 3ème mandat pou Alpha Condé ont connu des scènes de violence meurtrières en République de Guinée. Des violences physiques et verbales ont sont également enregistrées. Et, les journalistes n’échappent pas à cette triste réalité. C’est le cas à Mamou où des hommes de médias ont été agressés par des gendarmes, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la ville carrefour.

Des journalistes dans l’exercice de leur fonction ont été menacés et bastonnés par des gendarmes à Mamou hier, mardi 15 octobre 2019, au moment où ils couvraient la manifestation organisée par le FNDC. Les faits se sont produits au niveau de la Conserverie et à côté des locaux de la gendarmerie départementale de Mamou.

Ce sont six (6) journalistes de Bolivar FM, GPP FM et le correspondant de l’AGP (Agence Guinéenne de Presse) qui ont été injuriés et maltraités physiquement par des gendarmes. Les agents se sont rués sur les journalistes avec de propos d’une rare violence : « quittez ici, malhonnêtes ! Escrocs ! Allez vers les manifestants ! ». Impuissants devant ce drame, les infortunés journalistes ont rebroussé chemin.

Plus loin, un autre journaliste a été bastonné au carrefour LUNA, à côté de la station Mobile, dans la commune urbaine. Les agresseurs lui ont soutiré la somme de 150 mille francs guinéens.

A un moment où on parle de reforme des services de sécurité, on se demande finalement si ce n’est pas tout simplement un gâchis, de l’argent jeté par la fenêtre.

Enfin, rappelons que la deuxième journée de manifestations contre un pouvoir à vie du président Alpha Condé a été également perturbée dans le quartiers Petel et Loppet d’où la route était complètement barricadée.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin