Baïlo Barry (Destin En Main), arrêté et emprisonné depuis une semaine et jugé pour avoir appelé les Guinéens à manifester contre un 3ème mandat du président Alpha Condé

Les leaders du front national pour la défense de la démocratie ont aujourd’hui fait une semaine en prison. Ils ont été arrêtés et détenus pour avoir demandé aux populations guinéennes de sortir manifester dans la rue pour exiger au président Alpha Condé de respecter la constitution et de quitter le pouvoir à la fin de son deuxième et dernier mandat en 2020.

Parmi les leaders du Front national pour la défense de la démocratie qui ont été jugés hier, il y a Baïlo Barry de l’ONG « Destin En Main ». Invité à prononcer son dernier mot à la barre, après la réquisition du procureur et les plaidoiries des avocats, cet acteur de la société civile estime que c’est à leurs femmes qu’ils doivent demander pardon. Il a aussi utilisé cette ultime occasion qui lui a été offerte pour sa défense pour lancer un appel pressant au peuple de Guinée à se mobiliser pour empêcher le coup d’Etat constitution. Pour Baïlo Barry, il revient au peuple de prendre son destin en main pour que vive la démocratie.

« Monsieur le président, je commence par demander pardon à nos pauvres femmes à qui nous avons été arrachés. Monsieur le président, libérez nous. Laissez nous rejoindre nos familles. Et je demande au peuple de Guinée de prendre son destin en main pour que vive la démocratie en Guinée », a lancé Baïlo Barry.

Abdourahame Sanoh, Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Abdoulaye Oumou Sow, Baïlo Barry, Bill de Sam et Mamadou Bobo Bah attendent le verdict du tribunal de première instance de Dixinn le mardi prochain, 22 octobre 2019.

A suivre !

Propos recueillis par Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin