Une tombe a été profanée dans le secteur de Ley Thiandhi, relevant de la commune rurale de Kouramangui, dans la préfecture de Labé. La découverte de cet acte a été faite dans la soirée du jeudi, 17 octobre 2019, et a révolté les parents de feu Thierno Mamadou Aliou Ley Thiandhi, enterré là depuis 19 ans dans l’enceinte de la mosquée de Ley Thiandhi, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Ce fait divers a créé une vive tension et une bagarre dans la localité hier vendredi. Selon nos informations, les auteurs de la profanation de la tombe n’y ont rien laissé.

Thierno Sadou Diallo, fils de feu Thierno Mamadou Aliou Ley Thiandhi

Interrogé par un reporter de Guineematin.com, Thierno Sadou Diallo, un des membres de la famille, a expliqué ce qui s’est passé. « C’est la tombe de mon père qui a été profanée par des personnes de mauvaise foi. La tombe se trouve dans l’enceinte de la mosquée. Et c’est notre famille qui a cédé la parcelle où cette mosquée est construite. La tombe était là même avant la construction de cette mosquée. Mais, depuis sa reconstruction par les arabes, les wahhabites ne cessaient de réclamer à ce que la tombe soit démolie et déplacée hors de la mosquée. Car selon eux, toute personne qui prie dans cette mosquée, sa prière ne sera pas exhaussée à cause de l’existence de la tombe de notre père dans l’enceinte de la mosquée. Maintenant, ils sont venus nuitamment profaner la tombe de notre père enterré ici il ya depuis 19 ans de cela. Ils n’ont rien laissé à l’intérieur de la tombe. Seul un seul os que j’ai vu de mes propres yeux », a-t-il raconté.

Poursuivant, Thierno Sadou Diallo a fait savoir que des échauffourées ont éclaté dans la journée du vendredi. « Actuellement, toutes les autorités de Kouramangui, y compris les services de sécurité, sont là pour faire le constat. Nous soupçonnons les wahhabites qui habitent à Thiallou d’être derrière cela. Pour la simple raison, ces derniers n’ont jamais accepté de faire la prière de vendredi ici à cause de cette tombe dans l’enceinte de la mosquée. Mais, à notre grande surprise, aujourd’hui, ces wahhabites et leurs femmes sont venus en grand nombre pour la prière du vendredi ici parce que certes, on leur a soufflé là-bas que la tombe qu’ils voulaient déplacer a été profanée. C’est leur présence que les fidèles musulmans de Ley Thiandhi n’ont pas pu digérer et des accrochages ont aussitôt éclaté entre nous. J’ai été blessé au dos et mon tee-shirt a été déchiré dans la bagarre. Nous demandons aux autorités à tous les niveaux de tout mettre en œuvre pour retrouver les coupables de cette profanation qui se trouvent parmi eux ».

Thierno Sadou Diallo, Chef du secteur Ley Thiandhi et homonyme du fils du défunt

De son côté, le chef secteur de Ley Thiandhi, a fait savoir que deux suspects ont été interpellés et déposés à Labé pour approfondir les enquêtes. « C’est nuitamment que des inconnus sont venus profaner cette tombe. On était au nombre de quatre, et nous étions venu pour la prière de 17 heures dans la journée du jeudi 17 octobre 2019 lorsque nous avons constaté cela. Directement, nous avons informé les autorités administratives et religieuses à tous les niveaux. Ce vendredi 18 octobre 2019, l’un des fils du défunt, qui détenait un coupe-coupe et une bouteille d’essence a menacé que personne ne priera dans cette mosquée tant que les autorités administratives ne viennent pas. Un véritable tohu-bohu a éclaté entre les femmes d’un côté et les hommes de l’autre côté. Le maire, le sous-préfet et le commissaire de police de Kouramangui sont venus pour constater les faits. Après un long moment de concertation entre les autorités et les notables de Ley Thiandhi, deux suspects qui soutenaient que la présence de la tombe dans l’enceinte de la mosquée est anormale ont été interpellés et déposés à Labé pour approfondir les enquêtes », précise Thierno Sadou Diallo.

Au moment où on quittait les lieux, les deux suspects ont été transportés à bord du véhicule du maire de la commune rurale de Kouramangui pour Labé.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin