Le cadre de concertation intercommunautaire de N’Zérékoré a réagi aux nouvelles tensions dans la ville suite à la tenue d’une conférence débat sur la nécessité de changer l’actuelle Constitution. La structure dit prendre acte de la situation et compte se bouger pour éviter des violences, a appris Guineematin.com à travers son correspondant sur place.

La quiétude régnait à N’Zérékoré depuis la signature en juin dernier d’un protocole d’accord entre les autorités locales et l’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution. Accord interdisant toute manifestation, qu’elle soit pro ou anti-nouvelle Constitution. Mais, de nouvelles tensions sont apparues ces derniers jours dans la ville. Cela, suite à la tenue d’une conférence débat organisée à l’ENI de N’Zérékoré et qui portait sur la promotion du projet de nouvelle Constitution.

La rencontre qui va à l’encontre du protocole d’accord en vigueur, avait été perturbée par un groupe de jeunes qui sont allés jeter des pierres dans la salle. Les forces de l’ordre sont intervenues en procédant à des tirs de sommation, provoquant une véritable débandade sur place. La participation des autorités : gouverneur, préfet et maire de N’Zérékoré à cette rencontre a irrité les responsables locaux du FNDC qui ont entamé des concertations pour décider de la suite à donner à cette situation.

De son côté, le cadre de concertation intercommunautaire, partie prenante des négociations ayant conduit à la signature de l’accord du 19 juin 2019, s’est réuni pour se pencher sur la situation. Au sortir de la rencontre Blanchard Mamy, le porte-parole du cadre, est revenu sur le contenu des travaux. « Quand nous nous sommes réunis, on nous a donné des informations par rapport à cette conférence, on a fait comprendre qu’il y a eu une déclaration de la part du préfet, et aussi il y a eu la déclaration du FNDC par rapport à la rencontre du mercredi 16 octobre 2019.

Nous avons lu la déclaration du FNDC et à l’issue de ça, nous avons dit que le cadre de concertation intercommunautaire, qui a pour rôle principal de préserver la paix, nous devons nous lever. Nous avons participé à la signature du protocole d’accord du 19 juin dernier au gouvernorat, alors nous avons dit que cet accord est en vigueur. Que personne ne doit violer cet accord. Et nous, nous ne pensons pas que c’est violé. Par rapport à ce qui s’est passé, nous prenons acte et nous saluons le sens de responsabilité des membres du FNDC. Ce n’est pas la faiblesse mais je crois qu’ils ont respecté l’accord », a-t-il indiqué.

Le porte-parole du cadre de concertation intercommunautaire de N’Zérékoré annonce des rencontres avec les autorités, le FNDC et le patriarche de la ville « pour tirer les leçons de ce qui s’est passé ». En attendant, il demande « aux membres du FNDC, à la population, aux autorités de faire en sorte que cette paix que nous recherchons tant soit préservée à N’Zérékoré ».

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin