L’assemblée générale du PADES de ce samedi, 19 octobre 2019, a été consacrée aux manifestations organisées cette semaine à travers le pays, à l’appel du FNDC. La formation politique dirigée par Dr Ousmane Kaba a salué la forte mobilisation des Guinéens pour exprimer leur opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé avant de dénoncer la répression de ces mouvements de protestation, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Présidant cette rencontre hebdomadaire, Mohamed Kaba, le coordinateur des affaires administratives du Parti des Démocrates pour l’Espoir, a estimé que le peuple de Guinée a donné sa réponse au projet de changement de la Constitution qui devrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. « Vous avez vu ce qui s’est passé le 14 de ce mois, vous avez vu la réponse donnée par le peuple de Guinée tout entier à la volonté de transgresser notre Constitution, de la tripatouiller et de nous proposer un troisième mandat. La réponse a été claire à cette volonté de vouloir par un référendum dont nous savons d’avance l’issue, de nous dérouter de notre voie démocratique. Je crois que c’est important, il faut comprendre cela : le peuple a réagi le 14 octobre, il a réagi de la plus belle des manières. Le peuple a donné sa réponse qui est le rejet catégorique de cette volonté de nous faire un référendum truqué », a dit l’opposant.

Mohamed Kaba s’est insurgé cependant contre la répression des manifestations par les forces de l’ordre, faisant au moins 10 morts, plusieurs blessés et de nombreuses interpellations. Il appelle l’Etat à faire en sorte que justice rendue pour toutes les victimes de ces exactions. « Je rappelle que la mission régalienne de l’Etat, c’est de protéger la vie des personnes, de protéger l’intégrité du territoire, de protéger les biens des personnes, c’est en ce sens qu’on dote l’Etat de la puissance publique. Mais en aucun cas cette puissance ne doit se retourner contre les enfants, contre les jeunes à la fleur de l’âge pour leur ôter la vie. Je crois que cela est très grave et qu’il faut mener l’enquête dans ce sens.

Je pense que l’enquête qui devrait se mener aujourd’hui en Guinée, c’est de dire comment, pourquoi et qui a tiré sur ces enfants. Et non vraiment ce procès ridicule que nous sommes en train de voir et qui fait la risée de ce pays. Aujourd’hui, la Guinée fait les choux-gras de la presse nationale et internationale, mais c’est négatif pour l’image de ce pays. On aurait dû juste éclaircir cette situation. Voilà une manifestation qui est une manifestation pacifique, comment on retrouve des gens morts par balles ? Voilà la vraie question et c’est en ce sens qu’on interpelle la justice, il faut que lumière soit faite sur ces situations et rapidement, que les personnes innocentes qu’on a arrêtées soient libérées », réclame ce responsable du PADES.

L’opposant soutient que malgré la volonté du pouvoir d’empêcher toute contestation, le mouvement enclenché ira jusqu’au bout. « Les leaders du FNDC ont été arrêtés avant le lundi pour des raisons que vous connaissez. Mais, est-ce que cela a empêché la manifestation de se tenir ? Les leaders ont été arrêtés partout dans le pays, est-ce que cela a empêché le peuple de se prononcer ? Donc cela veut dire que le peuple a fait son choix. Qu’ils arrêtent Sanoh, il y aura d’autres Sanoh ; qu’ils arrêtent Koundouno, il y aura d’autres Koundono ; qu’ils arrêtent autant de personnes qu’ils veulent, il y aura autant de personnes pour reprendre le flambeau pour défendre la liberté du peuple de Guinée », a prévenu Mohamed Kaba.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin