À l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti hier, samedi 19 octobre 2019, le leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) s’est de nouveau exprimé sur les répressions meurtrières dont sont victimes les guinéens qui s’opposent au régime actuel. Tout en dénonçant l’imputé dont jouissent les meurtriers qui ont l’air de se plaire à ôter la vie humaine, Cellou Dalein Diallo a laissé entendre que l’actuel chef de l’Etat guinéen, le Pr Alpha Condé, est le commanditaire de ces tueries, rapporte.

Devant ses militants fortement mobilisés au siège de son parti à la Minière, le leader de l’UFDG a tout d’abord dénoncé une centaine de personnes tuées depuis l’accession du Président Alpha Condé à la magistrature suprême de la Guinée, en 2010.

« Nous sommes à 114 morts, pratiquement dans les mêmes conditions, tués à bout portant sur instruction et avec la complicité d’Alpha Condé qui garantit l’impunité aux tueurs », a confié Cellou Dalein Diallo.

Poursuivant son speech, le chef de file de l’opposition guinéenne s’est interrogé sur les raisons qui font que le président Alpha Condé n’a jamais accepté qu’une commission d’enquêtes soit mise en place pour rechercher les auteurs des crimes jusque-là commis sous sa gouvernance. « C’est parce que c’est lui (Alpha Condé) le commanditaire. Vous ne pouvez pas demander aux gens de tirer ; et, après, les interpeller et les déférer devant les tribunaux. Ils vont vous dénoncer. Donc, cette impunité qui encourage la récidive n’est que le fait de monsieur Alpha Condé », a dit Cellou Dalein Diallo. 

Pour le leader de l’UFDG, « Il y a des ministres et des agents qui exécutent les ordres d’Alpha Condé avec zèle. Et, il y a beaucoup qui ont gagné des galons en faisant du zèle dans l’exécution de ces instructions d’Alpha Condé ». Mais, assure Cellou Dalein Diallo, l’histoire interpellera tous les responsables de ces tueries de pauvres citoyens.

« Vous avez écouté les discours va-t’en guerre de Bouréma Condé (ministre de l’administration du territoire), Alpha Ibrahima Keira (ministre de la sécurité), Amadou Damaro Camara (chef de la majorité présidentielle à l’assemblée nationale). Ce sont eux tous qui sont responsables. Vous avez écouté le Premier ministre, Kassory Fofana, qui a dit qu’il préfère l’ordre à la loi. Et, dans le cadre de l’application de cette consigne, voilà les meurtres qu’on provoque. Ils sont tous responsables, mais l’histoire les interpellera », a conclu Cellou Dalein Diallo.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin