La crise politique qui secoue la Guinée préoccupe plus d’un. Et, de plus en plus de voix s’élèvent pour proposer des solutions de sortie de crise. C’est le cas de Dr Moustapha Keïta, coordinateur de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR) à Dubreka.

Interrogé par un reporter de Guineematin.com à l’issue de l’assemblée générale de de la formation politique du samedi, 19 octobre 2019, il a regretté les manifestations en cours dans le pays avec les morts, blessés et interpellations qu’elles engendrent. Ce responsable de l’UPR appelle les parties concernées au dialogue afin de résoudre cette crise. Il invite aussi le pouvoir à faire des concessions pour permettre d’apaiser les tensions.

Décryptage !

« Pour commencer, je m’incline pieusement devant la mémoire des personnes qui ont perdu leur vie dans cette manifestation. Je présente toutes mes condoléances aux victimes de ce mouvement qu’on n’avait pas souhaité. J’inviterais le peuple de Guinée à la retenue car ce pays-là, c’est nous qui devons le construire ensemble. Personne ne viendra construire ce pays à notre place.

Chacun peut faire un peu, et les Guinéens doivent s’entendre sur un seul principe. Notre devise c’est travail, justice, solidarité. Donc, il faut que les Guinéens s’entendent. Les guinéens ne doivent pas s’entretuer. Les Guinéens doivent aimer les uns les autres. Nous devons bâtir une nation forte pour atteindre l’autosuffisance alimentaire. Et pour atteindre l’autosuffisance alimentaire, il faut travailler.

J’inviterais les responsables politiques à tous les niveaux de s’écouter, de venir autour de la table du dialogue. Même au temps de la première et de la deuxième guerres mondiales, les problèmes ont trouvé leurs solutions à travers le dialogue. Donc, sans dialogue on ne peut pas avancer. Pour que ce dialogue se fasse, il faut effectivement que le pouvoir fasse une concession en libérant d’abord les prisonniers. Parce qu’il faut que ceux qui ont été pris puissent parler. Et s’ils sont incarcérés, ils ne peuvent pas dire pourquoi ils ont fait ça.

Maintenant, quand tout le monde est en liberté, je pense que le climat pourra s’apaiser. Donc, il faut que le guinéen change son discours. Les discours va-t-en guerre ne peuvent pas résoudre les problèmes. Le pays se construit avec tous les Guinéens. La Guinée a quatre régions naturelles. Et il faut que toutes ces régions-là participent au développement de ce pays ».

Propos recueillis par Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com
Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin