Malgré la forte protestation en cours à travers le pays contre le changement de l’actuelle Constitution ambitionné par le pouvoir, le président Alpha Condé se montre bien décidé à aller au bout de son projet qui lui permettrait de briguer un troisième mandat. Il l’a réitéré au cours d’une interview publiée sur le site lemonde.fr hier, jeudi 24 octobre 2019.

Le chef de l’Etat guinéen dit attendre le rapport des consultations menées récemment par le Premier Ibrahima Kassory avant de décider. Mais d’ores et déjà, il annonce que s’il y a un camp qui est pour un changement de Constitution et un autre qui est contre, comme c’est le cas aujourd’hui, le référendum aura bien lieu.

« Le premier ministre vient de me remettre son rapport. Je déciderai. Si la grande majorité de la population veut une nouvelle Constitution, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas. Nous sommes très portés sur notre indépendance et notre souveraineté depuis 1958. La démocratie, c’est la voix du peuple. Si une partie veut et une autre ne veut pas, on ira au référendum… Je n’ai pas de conviction, je ferai ce que le peuple guinéen veut », a déclaré Alpha Condé.

Le président de la République s’interroge même sur bruit suscité par son projet de changement constitutionnel à l’international. « N’y a-t-il pas d’autres pays où il y a de nouvelles Constitutions ? Où les présidents peuvent faire un troisième mandat ? Pourquoi ne dit-on rien aux autres ? Est-ce que la Guinée est le seul où un président en exercice fait une nouvelle Constitution qui peut lui permettre de se représenter ? Pourquoi en fait-on un scandale pour la Guinée ? On ne peut pas faire deux poids, deux mesures. Les Guinéens n’accepteront jamais cela.

Nous ne sommes pas sur la planète Mars mais sur la terre africaine. Je me suis d’abord consacré à sortir la Guinée du trou. Mais s’il y a un grand courant qui demande une nouvelle Constitution… Dans les autres pays où il y a de nouvelles Constitutions, il y a eu beaucoup de manifestations, il y a eu des morts, mais ils l’ont fait… Il peut se passer des choses beaucoup plus graves dans le monde et on ne dit rien. Mais dès que c’est ici on dit : Ah ! Ça, c’est la Guinée », soutient-il.

Abordant la question des tueries enregistrées à l’occasion des manifestations de rue, Alpha Condé dédouane les forces de l’ordre et accuse les opposants. « Le ministère de la santé a décidé que dès qu’il y a un mort, il faut qu’il y ait une autopsie pour savoir qui a tiré. On fait des enquêtes. On sait que ce sont eux-mêmes [les organisateurs des manifestations] qui tirent sur les gens. Quand il y a des morts, ça impressionne la communauté internationale. Là, ce sont des tentatives de déstabilisation d’un pouvoir démocratiquement élu. L’opposition a toujours été putschiste et elle se dit que s’il y a des morts, on met ça sur le dos du gouvernement », a laissé entendre le chef de l’Etat guinéen.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin