SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) avait appelé ses partisans à des marches à travers la Guinée ce jeudi, 24 octobre 2019, pour dénoncer les velléités du président Alpha Condé à s’accrocher au pouvoir. A l’image du 14 juillet dernier, cette autre manifestation n’a pas eu lieu dans la ville de Kankan. Si d’aucuns pensent que les intimidations et autres menaces proférées par le préfet en sont la cause essentielle, la coordination locale du FNDC soutient tout le contraire, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Toutes les activités de la ville de Kankan, fief du parti au pouvoir, ont tourné comme d’ordinaire ce jeudi. La ville grouillait de monde et aucune manifestation n’a été signalée.

Aziz Diop, préfet de Kankan

Selon plusieurs observateurs, l’antenne locale du FNDC a cédé aux intimidations du préfet, Aziz Diop qui n’a jamais cessé de martelé que le FNDC n’existe pas à Kankan. Mais, selon Cheick Mohamed Kaba, coordinateur régional du FNDC, c’est plutôt d’autres raisons qui expliquent cet état de fait. « Nous n’avons pas manifesté aujourd’hui pour deux simples raisons qui sont faciles à comprendre. D’abord, nous avons nos militants qui sont en prison. Le tribunal a ordonné leur libération, le procureur a fait appel. Donc, nous sommes dans les démarches. Le deuxième aspect, nous avons nos camarades de Siguiri qui sont arrêtés et transférés à Kankan ici. Donc, nous cherchons à les faire libérer. Ensuite, l’autorisation de marche est tombée hier. Donc, on n’était pas suffisamment préparé », a expliqué Cheikh Mohamed Kaba.

Ibrahima Simagan

Un argument rejeté par le responsable chargé à l’organisation de l’antenne régionale du FNDC. Selon Ibrahima Simagan, joint au téléphone, les membres du FNDC ne se sont pas entendus sur la démarche à suivre, précisant qu’au cours d’une réunion, plusieurs d’entre eux se seraient opposés à l’idée d’une manifestation.

Mais, Cheick Mohamed Kaba dit ne pas être au courant de cette divergence. « Sincèrement, je ne suis pas au courant de ce que vous dites là. Nous, on est tenu de suivre le mot d’ordre du front. Je ne suis pas informé de cette divergence à laquelle vous faites allusion ».

Interrogé sur les agissements du préfet, Cheikh Mohamed Kaba a dit que le préfet, Aziz Diop est bien dans son rôle. « Il a raison, il est dans son rôle de préfet. D’abord, il est militant du RPG. Même s’il dit aujourd’hui que l’opposition n’existe pas à Kankan, il est dans son rôle. Moi, je peux dire et j’affirme que je suis majoritaire en Haute Guinée ».

Pour terminer, monsieur Kaba a laissé entendre que si les membres du FNDC arrivaient à recouvrer la liberté, ils se feront entendre lors des prochains appels à manifester.

Il faut tout de même signaler que la dernière fois que le front avait manifesté à Kankan, le 30 avril 2019, ses partisans avaient été pris à partie, copieusement passés à tabac par les militants du RPG Arc-en-ciel.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin