Les procès des personnes arrêtées à l’occasion des récentes manifestations appelées par le FNDC contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé et interdites par les autorités se poursuivent à Conakry. Huit jeunes interpellés entre le 15 et le 18 octobre 2019 dans plusieurs quartiers de la capitale ont été jugés hier, vendredi 25 octobre, par le tribunal de première instance de Mafanco. Cinq d’entre eux ont été condamnés et les trois autres ont été relaxés, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Alhassane Diallo, Thierno Madiou Bah, Thierno Ousmane
Diallo, Mohamed Sampil Camara, Mamadou Moussa Diallo, Amara Sylla,
Ibrahima Diallo et Amadou Bangoura, étaient poursuivis pour participation délictueuse à un attroupement et destruction de biens, notamment les Points d’Appui (P.A) de Kakimbo et Koloma dans la commune de Ratoma. A la barre, les prévenus composés notamment d’apprentis chauffeurs, chauffeurs, vulcanisateur, ferrailleur et maçon, ont rejeté en bloc les accusations portées contre eux.

Devant la présidente du tribunal, madame Djénabou Doghol Diallo, ils ont expliqué qu’ils n’ont pas pris part aux manifestations appelées par le FNDC et qu’ils ont été arrêtés individuellement dans leurs domiciles ou dans leurs lieux de travail. Après leurs explications, Mohamed Cissé, substitut du procureur de la République près le TPI de Mafanco, a demandé au tribunal de condamner les prévenus « Ibrahima Diallo à 6 mois d’emprisonnement ferme et Mohamed Sampil Camara à un an d’emprisonnement, et de relaxer les 6 autres pour délit non constitué à leur égard ». De son côté, le collège d’avocats constitué pour défendre les prévenus a sollicité la relaxe pure et simple de l’ensemble de ses clients pour délit non constitué.

Dans sa décision, le tribunal a relaxé Alhassane Diallo, Thierno Madiou Bah et Thierno Ousmane Diallo. Par contre, la juridiction a condamné « Mohamed Sampil Camara à 6 mois d’emprisonnement ; Ibrahima Diallo à 4 mois d’emprisonnement dont 2 assortis de sursis ; Amara Sylla et Amadou Bangoura à 6 mois d’emprisonnement assortis de sursis ; et Moussa Diallo à 3 mois d’emprisonnement assortis de sursis ».

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com
Tél. : 620 589 527/654 516 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin