Un atelier sur la mobilisation et l’implication des jeunes hommes et femmes dans la prévention des conflits pour une paix durable s’est tenu cette semaine à Mamou. Il a été organisé par le Groupe de travail Femmes, Jeunes, Paix et Sécurité en Afrique de l’Ouest et le Sahel, une plateforme mise en place par le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS). L’objectif est de responsabiliser davantage la jeunesse guinéenne et l’amener à s’engager dans la préservation de la paix et la quiétude sociale dans le pays, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Cet atelier de trois jours (du 21 au 23 octobre 2019) a été organisé dans le cadre d’un projet initié par l’UNOWAS et concernant trois pays : la Guinée, le Benin et le Togo. « Ce projet vient pour nous conscientiser et interpeler les jeunes de ces pays. Nous savons que nos marches se transforment souvent en violences, on n’a pas encore intégré la manifestation pacifique », a souligné Makalé Soumah, présidente de l’antenne du réseau Ouest-africain des jeunes filles/femmes leaders de la CEDEAO (ROAJELF).

Selon elle, « ce projet cible 15 préfectures du pays à tensions. Donc ce sont les conducteurs taxis motos, les syndicats et les journalistes qui sont invités. Nous devons éviter, nous jeunes, les violences. Nous devons apprendre à être responsables. On ne peut pas confier une responsabilité à un irresponsable. Il est important d’éviter les violences, les violences n’arrangent rien. Soyons responsable, construisons notre pays », a lancé Makalé Soumah.

Le gouverneur de Mamou s’est fait représenter à la cérémonie d’ouverture des travaux par son chef de cabinet, Bernard Mara. Après avoir souhaité la bienvenue aux organisateurs et participants, il interpellé les jeunes de Guinée sur la nécessité d’éviter les violences. « Au nom de monsieur le gouverneur, nous vous souhaitons la cordiale bienvenue dans la ville carrefour. Vous jeunes, vous jouez un rôle prépondérant.

On parle de conflits si les opinions sont diverses. Et vous les jeunes, vous êtes en première ligne. Si on dit marche en Guinée, cela se transforme souvent en violences … Donc c’est le moment et le lieu de dire aux jeunes que sans paix, pas de développement. Nous vous invitons à suivre attentivement ces enseignements », a-t-il conseillé aux participants.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tel : 625698919/657343939

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com