C’est l’un des leaders du Front National pour la Défense de la Constitution qui a fait l’annonce il y a quelques instants. Les funérailles des personnes tuées à Conakry lors des manifestations contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé n’auront pas lieu ce mercredi, 30 octobre 2019, comme c’était initialement prévu. Le gouvernement a refusé de rendre les corps à leurs parents, obligeant le FNDC à reporter les obsèques à demain, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Malgré le communiqué publié hier soir par le ministère de Santé et annonçant que les corps ne sont pas encore disponibles puisque les autopsies ne seraient pas encore terminées, le FNDC, en commun accord avec les familles des victimes, avait décidé de maintenir le programme des funérailles des onze jeunes tombés sous les balles des forces de l’ordre lors des manifestations des 14, 15 et 16 octobre dernier à Conakry.

Ce jeudi matin, plusieurs leaders du Front National pour la Défense de la Constitution et des membres des familles des victimes ont rallié la morgue de l’hôpital Ignace Deen de Conakry pour tenter de récupérer les corps. Mais, il leur a été signifié encore une fois qu’ils ne peuvent pas récupérer les corps et qu’ils doivent attendre un peu plus, le temps que les services compétents terminent les autopsies.

C’est ainsi que le FNDC a annoncé le report des obsèques à demain, jeudi 31 octobre 2019. Une date qui sera également difficile à respecter puisque la réception organisée par le pouvoir à l’endroit du président Alpha Condé, de retour d’un séjour à l’étranger, est prévue ce même jour. Pas sûr donc que les autorités acceptent de rendre les corps demain aussi.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com