Hôpital sino-guinéen : les familles attendent les corps de leurs enfants

4 novembre 2019 à 10 10 27 112711

Les 11 jeunes tués par balles en marge des manifestations du 14 octobre dernier et les jours qui ont suivi vont rejoindre leur dernière demeure ce lundi, 04 novembre 2019. Déjà, les familles attendent les corps de leurs proches à la morgue de l’hôpital sino-guinéen de Kipé, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Comme on le sait, les corps des jeunes tués en marge des récentes manifestations appelées par le FNDC vont être inhumés ce lundi. Mais, au lieu que le cortège funèbre ne commence à la morgue de l’hôpital Ignace Deen où les corps étaient retenus par l’Etat depuis plus de deux semaines, c’est maintenant de l’hôpital sino-guinéen de Kipé qu’il partira.

Ainsi en a décidé le gouvernement du Professeur Alpha Condé, qui a transféré les corps dans cet établissement hospitalier, plus proche du cimetière de Bambeto où l’inhumation aura lieu. Actuellement, la tristesse se lit sur les visages des proches des victimes présents sur les lieux. Ils attendent de récupérer les corps pour les transporter à la mosquée de Bambeto. L’inhumation est prévue à 14 heures.

A noter que les forces de l’ordre composées uniquement de gendarmes ont repoussé les journalistes qui étaient présents à la morgue de l’hôpital sino-guinéen ce matin.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Coupe CAF : le Horoya élimine Bandari et rejoint les poules

4 novembre 2019 à 10 10 04 110411

Le Horoya AC de Conakry s’est qualifié pour les matchs de poules de la coupe de la CAF. L’équipe guinéenne a validé son ticket après sa victoire (0-1) ce dimanche, 03 novembre 2019, au Kenya contre Bandari.

A l’aller déjà, le HAC avait pris une option pour la qualification en s’imposant (4-2) à Conakry. Le quintuple champion de Guinée est allé arracher une nouvelle victoire au retour sur le terrain du club Kényan. Le seul but de la rencontre a été inscrit par Ocancey Mandela à la 66ème minute de jeu sur une passe en profondeur de Baffour Sebe.

Les hommes de Didier Gomez Da Rosa avaient pourtant mal démarré ce match. Ils ont subi la domination des locaux en première période mais ont réussi à garder leurs cages inviolées. Les rouge et blanc ont relevé la tête en seconde période et ont réussi à s’imposer sur la plus petite des marques. Seule mauvaise nouvelle pour le Horoya, ce sont les blessures du passeur décisif Baffour Sébé. Le Ghanéen qui revenait de blessure est sorti à la 72ème minute après avoir ressenti une douleur. Le défenseur central malien Boubacar Samassékou est également sorti sur blessure à la 80ème minute.

Après avoir été éliminé de la ligue des champions, le Horoya AC va tenter d’aller le plus loin possible dans cette coupe de la CAF. Le tirage au sort de la phase de groupes est prévu dans la deuxième quinzaine de ce mois.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

Agression de journalistes au parti d’Alpha Condé : Fodé Oussou condamne la barbarie du RPG

4 novembre 2019 à 7 07 53 115311
Ibrahima Sory Diallo, journaliste de Guineematin, agressé au siège du RPG (image Guinee360)

L’agression dont des reporters du site Guineematin.com et de la télévision privée Espace TV ont été victimes le samedi dernier, 02 novembre 2019, au siège du RPG Arc-en-ciel ne laisse pas indifférent Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG. L’opposant a dénoncé ce comportement barbare des membres d’un parti désorganisé et a apporté le soutien de son parti aux journalistes.

Décryptage !

Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

« Je condamne avec la dernière énergie ce comportement barbare et insensé dont Ibrahima Sory Diallo de Guineematin.com et les journalistes d’Espace TV ont été victimes de la part des gens du RPG Arc-en-ciel, et j’apporte le soutien total et inconditionnel de l’UFDG à la presse guinéenne. Il faut rappeler à ces gens qu’on n’est pas dans la brousse, qu’on est dans une République. Ça veut dire que les règles doivent être appliquées, on doit laisser les journalistes faire leur travail. On ne doit pas les cataloguer.

Quand Ibrahima Sory écrit que monsieur Alpha Condé n’a pas tenu de discours au palais lors de son accueil, tout le monde a vu qu’il n’a pas tenu de discours. Et s’il n’a pas tenu de discours, certainement le président Alpha Condé n’était pas content de la mobilisation. D’ailleurs, quand on parle de mobilisation, il y a un fond et une forme. Est-ce que ceux qui se sont mobilisés l’ont fait volontairement ? Nous disons non.

Quand vous dépensez des milliards, vous mobilisez des bus et des minibus pour aller prendre des gens dans les quartiers de Conakry et dans certaines villes voisines, si monsieur Alpha Condé se rend compte que cette mobilisation a plutôt permis à des gens de se remplir les poches, il ne peut pas faire de discours. Evidemment s’il était content, il aurait fait un discours. S’il savait que ceux qui étaient là sont des militants, il allait certainement parler. Mais ce ne sont pas des militants, ce sont des clients. On leur a donné des t-shirts et des sommes d’argent pour qu’ils soient là.

Quand la dame de l’hôpital Donka écrit un courrier pour demander aux travailleurs d’aller là-bas, ce n’est pas la faute aux journalistes. Quand les fonctionnaires ont été réquisitionnés, ce n’est pas la faute aux journalistes. Si malgré tout cela il n’y a pas eu une foule compacte entre l’aéroport et le palais du peuple, ce n’est pas la faute aux journalistes. Les journalistes n’ont fait qu’un constat. Et c’est ce constat là que tout le monde connait.

C’est seulement eux qui peuvent être fiers d’une mobilisation comme ça. Parce que quand une mobilisation est faite en donnant de l’argent, ce n’est pas une mobilisation. Quand nous nous mobilisons, on ne donne pas un franc à quelqu’un. Même des élèves en tenue scolaire ont été sortis de l’école pour venir réceptionner le président. Si monsieur Alpha Condé voit ça, il ne peut pas être content. Ces milliards dépensés pouvaient régler les problèmes de routes, pouvaient construire des centres de santé, pouvaient payer la dette intérieure. Il ne faut pas oublier que la dette intérieure de la Guinée est énorme.

Mais ce que nous savons, ce que tout le monde sait, c’est que le RPG Arc-en-ciel est un parti désorganisé, qui n’a pas de structure. Si le parti avait un responsable, lorsqu’une situation comme ça arrive, la personne serait au moins sortie pour aller présenter des excuses à la presse et faire rentrer les journalistes. Mais, il n’y a pas d’excuses parce que personne n’est chef, c’est le désordre total, il n’y a pas eu de congrès depuis 1991 ».

Propos recueillis par Alpha Diallo pour Guineematin.com

Lire