Attaque du cortège funèbre : Cellou Dalein dément le gouvernement

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, chef de file de l’opposition guinéenne

Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com, ce mercredi, 06 novembre 2019, Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, a réagi au communiqué du gouvernement relatif aux trois morts enregistrés lundi dernier à Conakry. Le chef de file de l’opposition guinéenne dément la version des autorités et dénonce un manque d’honnêteté de leur part.

Dans son communiqué diffusé sur les antennes de la télévision nationale, le gouvernement guinéen a laissé entendre que les 3 jeunes tués par balles le lundi, 04 novembre 2019, n’ont pas été touchés dans le cortège funèbre des 11 autres jeunes tués dans les manifestations appelées par le FNDC les 14, 15 et 16 octobre dernier. Les autorités annoncent que ces tueries sont survenues en dehors du périmètre dans lequel se tenaient les obsèques. Une version que rejette Cellou Dalein Diallo.

« Ils ont déployé beaucoup d’agents au niveau du carrefour Bambéto qui se trouve être entre le cimetière et la mosquée. Et dès qu’on a vu l’arsenal qui était là, des agents nerveux et armés jusqu’aux dents, on a senti qu’il y avait des instructions de saboter, de tirer sur le cortège. Donc ils ont pulvérisé le cortège de gaz lacrymogène et ils ont tiré sur ce cortège funèbre. Ce qui est nouveau et ce qui est vraiment déplorable. Parce que c’est des actes inhumains, immoraux auxquels les Guinéens n’étaient pas habitués…

Et ils sont allés jusqu’à jeter des bombes lacrymogènes sur la mosquée au moment où on priait sur les corps et dans le cimetière au moment où les gens mettaient les corps dans les tombes. C’est seul Alpha Condé qui peut ordonner ou tolérer ce genre de choses en Afrique », explique le président de l’UFDG.

Pour l’opposant, il n’est pas étonnant que le gouvernement parle de la sorte en cherchant à nier l’évidence. De toutes les façons, dit-il, les gens ne croient plus aux déclarations des autorités guinéennes. « Le gouvernement n’a jamais dit la vérité. C’est le déficit le plus grave dont souffre notre société, le fait d’avoir des dirigeants qui n’ont pas de probité, qui n’ont pas d’éthique et qui ont toujours des déclarations de nature politique pour se disculper. Aujourd’hui, ils ont perdu toute crédibilité en raison justement de leur manque de probité et d’honnêteté intellectuelle et d’éthique. Donc personne ne croit aux versions qu’ils donnent.

La version d’Alpha Condé d’ailleurs, c’est de dire que ce sont les manifestants qui se tuent entre eux parce qu’il ne peut pas justifier le fait que depuis 2011, il y a tant de morts, tant de carnage lors des manifestations politiques ou sociales et que jamais il n’a voulu qu’il y ait une enquête pour identifier les auteurs des crimes commis lors de des manifestations politiques. Donc naturellement, il faut qu’il cherche des parades au lieu de mener des enquêtes, identifier les coupables, il dit non ils se tuent entre eux, donc ça ne me regarde pas. C’est comme ça qu’Alpha Condé raisonne en tout cas si on se réfère à sa déclaration tenue à Koba (Boffa) il y a quelques semaines », a-t-il dit.

Cellou Dalein Diallo a fustigé par ailleurs, les tentatives de musellement de la presse guinéenne par les autorités. Cela à travers la fermeture de certaines radios mais aussi les agressions dont des reporters de Guineematin.com et d’Espace TV ont été victimes samedi dernier au siège du RPG Arc-en-ciel. « Je condamne fermement la fermeture de la radio continentale, la violence exercée sur un journaliste qui était venu couvrir l’assemblée générale du RPG, la radiation d’un imam par le secrétariat général de la ligue islamique. Parce que tout cela aussi, ce sont des signes d’une fin de règne », a dit le président de l’UFDG.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS