C’est une marée humaine qui a déferlé à l’Esplanade du stade du 28 septembre ce jeudi, 07 novembre 2019, aux environs de 15 heures, entonnant en chœur « Amoulanfé ! Gassata ! Até Ben ! (ça ne marchera pas, en soussou, poular et malinké). Une manière pour les membres du FNDC de dire au régime que le troisième mandat du président Alpha Condé ne passera pas en République de Guinée.

Après l’hymne national, Liberté, c’est le président de l’UFR qui a ouvert le bal des discours. Sidya Touré a invité le président Alpha Condé à tirer les leçons de cette forte mobilisation des Guinéens qui sont prêts à tout, sauf accepter son projet d’un pouvoir à vie. Le leader de l’UFR a rappelé qu’aucune des personnes mobilisées ce jeudi n’a été payée, ni contrainte à marcher cette si longue distance qui sépare la Tannerie (point de départ) à l’Esplanade du stade du 28 septembre (point d’arriver et lieu du meeting).

Pour sa part, le président de l’UFDG a d’abord salué la forte mobilisation des Guinéens à qui il a demandé encore plus de détermination pour les prochaines manifestations qui se poursuivront jusqu’à l’annonce du président Alpha Condé qu’il se pliera aux lois guinéennes et qu’il ne fera pas un troisième mandat. Cellou Dalein Diallo a regretté et dit son étonnement d’entendre un haut responsable de la police nationale affirmer que le gaz lacrymogène lancé dans la mosquée de Bambéto et au cimetière a été entraîné en ces lieux par le vent, alors que tous ceux qui y étaient sont témoins de ce qui s’est passé. Après avoir présenté ses condoléances aux familles éplorées, le chef de file de l’opposition a rappelé qu’il y a déjà 16 personnes qui ont été tuées depuis le 14 octobre à Conakry (14) et à l’intérieur du pays (2 à Mamou), uniquement pour demander au président Alpha Condé de respecter la Constitution guinéenne sur laquelle il a juré deux fois (en 2010 et 2015).

Clôturant les discours, le coordinateur par intérim du FNDC a annoncé une autre grande marche le jeudi prochain, 14 novembre 2019. Rassuré par les mobilisations chaque fois plus importantes que les précédentes, Foniké Mengué a précisé que la prochaine marche partira du rond-point de l’aéroport pour le palais du peuple. « Parce que l’esplanade du stade ne peut plus contenir nos marcheurs », a-t-il ajouté.

A rappeler que les trois intervenants, qui ont parlé au nom des manifestants de ce jeudi, ont demandé la libération immédiate des leaders du FNDC arbitrairement arrêtés et condamnés : Abdourahmane Sanoh, Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Badra Koné, Elie Kamano, Bill de Sam, Baïlo Destin en Main…

A suivre !

De l’Esplanade du stade du 28 septembre, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin