image d’archive

Comme annoncé précédemment, un grave éboulement est survenu le mercredi, 06 novembre 2019, dans une mine d’or de la sous-préfecture de Kintinian, relevant de la préfecture de Siguiri. Le premier bilan faisait état de 10 morts et des disparus. Mais, 3 autres corps ont été retrouvés par les équipes qui mènent les recherches, ce qui porte à 13 le nombre de victimes.

« Nous avons retrouvé hier (jeudi) le treizième corps, mais les recherches continuent pour tenter de retrouver d’autres éventuels disparus. Tous les agents de la Croix-Rouge sont déployés à cet effet », a expliqué Aliou Guissé, le sous-préfet de Kintinian, interrogé ce vendredi matin par le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Ce drame qui a provoqué une vive émotion à Siguiri, a suscité aussi un grand débat dans la préfecture. Dans les radios locales, plusieurs citoyens pointent du doigt la responsabilité des autorités locales dans cet éboulement. Certains responsables locaux sont accusés d’avoir pris de l’argent avec les gens pour leur donner l’autorisation d’exploiter cet ancien site de la SAG, alors qu’ils savaient pertinemment que la zone est dangereuse.

Le sous-préfet assure ne rien savoir sur ces accusations mais il promet de mener une enquête là-dessus. « Ce domaine (Area one) est un ancien site de la SAG. Nous, on ne peut pas prendre de l’argent pour installer les gens là-bas. Non. Dès que j’ai reçu la nouvelle (les accusations des citoyens, ndlr), j’ai réuni tous les présidents de districts pour voir clair sur cette situation. Donc, une enquête sera ouverte. Et s’il s’avère que des gens sont impliqués dans cette affaire, ils seront tous interpellés et jugés », promet Aliou Guissé.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin