Une nouvelle grève des enseignants n’est pas à exclure dans les prochains mois en Guinée. C’est le secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah, qui l’a annoncé à l’occasion d’une assemblée générale du syndicat des enseignants tenue ce samedi, 09 novembre 2019, à Conakry. Le bouillant syndicaliste a clairement averti le gouvernement de cette éventualité, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Devant de nombreux enseignants mobilisés pour l’écouter, le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée a annoncé la fin des travaux d’assainissement du fichier des enseignants. Des travaux qui devraient permettre d’éliminer les enseignants fictifs, mais aussi les cas de décès et d’abandons qui seraient très nombreux. Ce qui aurait pour conséquence, l’augmentation des salaires des enseignants en service. Le camp Aboubacar Soumah, à l’origine de cette initiative, réclame un salaire mensuel de 8 millions de francs pour les enseignants.

Après ces travaux, le SLECG attend donc impatiemment les fruits qui en résulteront. « Le mardi, une réunion spéciale est convoquée au ministère de la fonction publique qui va regrouper la commission nationale d’assainissement. Et le rapport final va être présenté à ladite commission qui apportera aussi ses amendements ou encore ses critiques, et à son tour, transmettra le rapport au gouvernement. C’est pour vous dire que maintenant, les travaux de cet assainissement sont bouclés. Il faut espérer que le nombre de fictifs déjà récolté puisse faire augmenter nos salaires conformément à notre attente », a déclaré Aboubacar Soumah.

Le leader du SLECG rappelle que ces travaux ont été émaillés de certaines irrégularités. Il souligne des listes ont « subtilement retirées » et remises aux IRE et DPE dans le but « de voiler » certains cas de fictifs. C’est pourquoi, il a tenu à prévenir le gouvernement d’une éventuelle grève des enseignants au cas où ils n’obtiendraient pas satisfaction.

« Si toutefois le nombre de fictifs éliminés ne permet pas au moins d’avoisiner les huit millions de francs, nous demanderons au gouvernement de nous payer exactement et totalement les huit millions. C’est un avertissement. Lorsque le rapport sera déposé dans les jours à venir, nous attendrons la réaction du gouvernement. Si à la fin décembre nous n’avons pas un résultat satisfaisant en termes de salaire, une réponse satisfaisante donc, nous allons alors déclencher une grève », a annoncé Aboubacar Soumah.

Le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée appelle les enseignants membres de la structure syndicale à se préparer déjà pour cette éventualité. Les deux dernières années scolaires avaient été sérieusement perturbées par des grèves déclenchées par le SLECG, qui réclame une augmentation des salaires des enseignants.

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tel. 661 74 99 64

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin