des véhicules de la police fonçant sur le cortège funèbre, le lundi 04 novembre 2019, à Bambéto

Âgé de 21 ans et élève en classe de 8ème, Alimou Bah a rendu l’âme dans la soirée d’hier, lundi 11 novembre 2019 , une semaine après avoir été blessé par des agents de la sécurité à Bambéto. Comme des milliers d’autres, le défunt (originaire de la sous-préfecture de Bourouwal Tappé, préfecture de Pita) était allé aux funérailles des onze premières victimes des manifestations contre un troisième mandat du président Alpha Condé.

Trouvé chez lui par un journaliste de Guineematin.com, le père du défunt, monsieur Boubacar Bah, a demandé aux autorités guinéennes d’arrêter de tuer les enfants des autres. Avec la mort de ce jeune, ils sont désormais 18 personnes qui ont perdu la vie depuis le début des manifestations contre un troisième mandat du président Alpha Condé. Mais, les quatre derniers sont particuliers, puisque tués suite à l’attaque d’un cortège funèbre. Du jamais entendu, jusque-là, en République de Guinée.

Déterminés à faire le maximum pour empêcher une présidence à vie en Guinée, les défenseurs de la Constitution, regroupés au sein du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), annoncent son acte quatre des manifestations le jeudi prochain, 14 novembre.

Paix à l’âme de Bah Alimou, amine !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin