image d’archive

Le jeune Cécé Loua a fait une formation militaire ; mais, il n’a jamais obtenu de matricule dans l’armée guinéenne. Il a été récemment mis aux arrêts et conduit à la maison centrale de Coronthie. Poursuivi pour détention illégale d’arme de guerre et de munition, port illégal d’uniforme militaire, Cécé Loua a comparu à la barre du tribunal correctionnel de Kaloum, le lundi dernier, 11 novembre 2019, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Agé de 26 ans, le jeune soldat sans matricule est marié et père d’un enfant. Interrogé par le juge Abdoul Ghadiri Baldé, le prévenu a reconnu les faits mis à sa charge. Mais, avant de reconnaître les faits, Cécé Loua a expliqué au tribunal les circonstances dans lesquelles il a été arrêté. « En 2009, j’ai été recruté dans l’armée à N’Zérékoré puis on m’a envoyé à Forécariah. Nous avons fait le test et j’ai été admis. Mais par la suite, moi je n’ai pas eu de numéro matricule. Comme je n’ai pas eu de numéro matricule, mon oncle maternel m’a pris comme garde de domicile chez lui. Là, j’étais avec d’autres gardes. Pendant qu’on est de garde, on porte les tenues. C’est ainsi qu’un jour, les enfants de mon école qui étaient venus du Canada se sont apprêtés à sortir. Je les ai accompagnés dans la voiture à la boite de nuit MLS. Quand on est arrivé là-bas, nous étions arrêtés à côté de la voiture quand j’ai vu deux bérets rouges venir vers nous. Quand ils sont arrivés, ils m’ont automatiquement arrêté. J’étais en tenue militaire. Après, ils ont fouillé l’intérieur de la voiture où se trouvaient un fusil PMAK et des munitions. Ils ont pris ça aussi », a expliqué Cécé Loua.

A la question de savoir qui lui a donné l’arme, les munitions et la tenue militaire, le prévenu s’est montré flou. Selon lui, les armes se trouvaient dans ce véhicule il y a longtemps et qu’il les aurait trouvées au domicile de son oncle, qu’il dit être ancien ministre de la pêche.

Mais, avec l’insistance du ministère public sur la question, l’accusé a fini par lâcher le morceau. « C’est un certain adjudant chef Kourouma qui me les a données. Mais, ce dernier a fait un accident à Maférinyah, dans la préfecture de Forécariah, et il est décédé », soutient Cécé Loua.

Le procureur Ousmane Sankhon est aussitôt revenu à la charge. « Donc, tu reconnais avoir été arrêté avec une arme de guerre, des munitions et une tenue militaire alors que tu n’es pas autorisé à les détenir ? ».

Une question à laquelle Cécé Loua va répondre par l’affirmative.

Finalement, le dossier a été renvoyé au lundi, 23 novembre 2019, pour les réquisitions du ministère public et les plaidoiries de la défense.

Le jeune Cécé Loua, détenu depuis le 08 novembre 2019, continue son séjour carcéral à la maison centrale de Coronthie.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : 00224 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin