Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a animé un meeting ce samedi, 16 novembre 2019, dans la ville de N’Zérékoré où il est arrivé hier. Devant de nombreux cadres et citoyens mobilisés pour la circonstance, le chef de l’Etat guinéen a vanté les mérites de sa gouvernance, citant plusieurs actions de développement réalisées sous son règne et d’autres en perspectives dans différents secteurs de développement, a constaté le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

Alpha Condé a déclaré qu’il y a deux Guinée qui contrastent aujourd’hui, faisant allusion aux partisans et aux opposants de son projet de nouvelle constitution, qui lui ouvrirait la voie à un troisième mandat. « Aujourd’hui, nous avons deux Guinée : la Guinée qui veut avancer, tournée vers l’avenir, et ceux qui regardent dans le rétroviseur, qui veulent revenir aux pratiques où ils dilapidaient les fonds de l’Etat pour eux et leurs familles. Voilà les deux Guinée qui contrastent… Ici, vous êtes l’incarnation de la Guinée qui veut aller de l’avant, la Guinée qui veut progresser, la Guinée de demain… Alors, laissons-les regarder dans le rétroviseur. Nous, on regarde devant », a-t-il dit avec un air de sérénité.

Et cela, malgré la contestation en cours dans le pays qui a déjà coûté la vie à une vingtaine de jeunes, tués quasiment tous par balles à l’occasion des manifestations contre un troisième mandat pour l’actuel président Alpha Condé. Cette contestation menée par le Front National pour la Défense de la Constitution, les pertes en vies humaines et autres blessés qui en résultent ne semblent nullement dissuader Alpha Condé. Le chef de l’Etat réitère son engagement à organiser le très controversé référendum constitutionnel.

« Le train de la Guinée a démarré, il y en a qui veulent arrêter ce train, mais ils perdent leur temps. La démocratie c’est quoi ? Les latins disaient Vox Populi-Vox Dei. C’est-à-dire la voix du peuple, c’est la voix de Dieu. Mais, comment peut-on être démocrate et avoir peur du suffrage universel ? Comment peut-on être démocrate et avoir peur que le peuple s’exprime ? Mais, soyez certains, personne ne m’intimidera ! Personne ne m’intimidera ! Je l’ai dit et répété, aujourd’hui encore je le dis haut et fort ici à N’Zérékoré, je ferai ce que le peuple de Guinée veut », a dit Alpha Condé.

Evoquant brièvement les cas de morts enregistrés dans les manifestations contre son projet de troisième mandat, le président de la République a accusé une fois encore ses opposants de « tirer sur les gens pour accuser nos forces armées ».

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin