Depuis sa création le 3 avril 2019, à l’initiative de la société civile guinéenne, le FNDC s’est érigé comme étant le rempart contre le tripatouillage de la Constitution guinéenne pour permettre au Président de la République de s’éterniser au pouvoir au-delà de ses deux mandats constitutionnels.

A ce jour, le FNDC se félicite d’avoir réussi à fédérer la frange la plus importante du peuple de Guinée pour s’opposer aux velléités de confiscation du pouvoir par un clan mafieux qui se caractérise par le mensonge, l’arrogance, la médiocrité et la cruauté.

Le FNDC est parvenu à déjouer tous les plans et stratégies mis en place par les promoteurs du troisième mandat qui n’ont pas hésité à inféoder les Institutions de la République, à tenter de diviser et manipuler les ethnies qui vivent en harmonie dans notre pays, pire, à user de la répression comme arme de dissuasion contre les citoyens qui ont adhéré à l’esprit de notre Mouvement.

Le FNDC déplore les graves violations des droits humains perpétrées par les forces de défense et de sécurité depuis le déclenchement de ses manifestations le 14 octobre 2019, notamment les assassinats et les multiples arrestations arbitraires des citoyens et leaders du Mouvement.

Le succès retentissant des différentes manifestations du FNDC a considérablement ébranlé le Président Alpha Condé et son clan tout en alertant la Communauté internationale et les Organisations de défense des droits de l’homme sur les dérives dictatoriales du régime guinéen.

Depuis sa dernière manifestation du 14 novembre 2019, le FNDC s’engage dans un nouveau cycle de manifestations qui ne prendra fin qu’avec la satisfaction de ses revendications à savoir : l’abandon du projet de tripatouillage de la Constitution, la libération immédiate et sans conditions des membres du FNDC et toutes les personnes arbitrairement arrêtées, et la mise sur pied d’une Commission d’enquête internationale pour faire la lumière sur les violations récurrentes des droits humains.

Le FNDC entreprendra des séries de manifestations qui se tiendront chaque semaine et qui mobiliseront l’ensemble de ses antennes de Conakry, de l’intérieur et de l’extérieur du pays.

D’ores et déjà, vingt-cinq préfectures réparties sur l’ensemble des régions du pays s’apprêtent à manifester au cours de cette semaine.

Les femmes du FNDC de Conakry et de plusieurs villes du pays, ont décidé de marcher le 19 novembre 2019 pour dénoncer les assassinats de leurs enfants victimes des répressions sanglantes de ces derniers temps. Les femmes de l’extérieur du pays ne sont pas en marge de la dynamique ainsi amorcée.

L’enterrement des dernières victimes de l’expédition punitive orchestrée par les forces de l’ordre dans les quartiers de Conakry et lors de la récente marche funéraire, est prévu le jeudi 21 novembre 2019.

La Coordination Nationale du FNDC appelle à son tour à une grande marche pacifique le mardi 26 novembre 2019 à Conakry, sur un itinéraire qui fera l’objet d’une large diffusion dans les heures à venir.

A cet effet, le FNDC invite toutes les populations de Conakry et de l’ensemble des villes de l’intérieur du pays à se mobiliser dans un esprit de cohésion et de solidarité pour mettre en échec le projet funeste du troisième mandat en Guinée.

Ensemble unis et solidaires, Nous vaincrons.

Conakry, le 18 novembre 2019

La Coordination nationale du FNDC

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin