Comme annoncé précédemment, les responsables du FNDC se sont retrouvés en plénière ce lundi, 18 novembre 2019, pour tirer les leçons de leur dernière marche dispersée par les forces de l’ordre et prendre de nouvelles dispositions pour la suite du combat en cours contre un troisième mandat en Guinée. A l’issue de la réunion, ils ont annoncé une marche des femmes du FNDC demain, mardi, contre « les assassinats de leurs enfants », les obsèques des jeunes tués lors de la dernière marche le jeudi, 21 novembre, et nouvelle manifestation le mardi, 26 novembre 2019.

A cette occasion, l’opposant Sidya Touré, président de l’UFR et membre du comité de pilotage du Front National pour la Défense de la Constitution, a prévenu le pouvoir quant à la détermination du FNDC de manifester jusqu’à la satisfaction effective de ses revendications. « Les manifestations ne s’arrêteront pas, nous les continuerons. Parce que nous devons absolument barrer le chemin à l’idée de ce troisième mandat qui est une présidence à vie et qui hypothéquera définitivement l’avenir des jeunes du pays. Ce n’est pas un problème politique, c’est un problème sociétal.

Neuf ans après la médiocrité de la gouvernance que nous avons connue, nous imposer cela à vie correspond à enfoncer définitivement notre pays dans les affres du sous-développement, de la misère, de la division, peut-être pourquoi pas de l’affrontement entre les groupes qu’on cherche à diviser. Il est important qu’on continue de prendre nos responsabilités. Ce que nous avons connu lors de la dernière manifestation, ne nous intimidera pas. Nous allons continuer à manifester parce que nous représentons aujourd’hui la frange des Guinéens qui portent l’espoir pour ce pays de s’en sortir. Sinon nous allons couler », a déclaré l’opposant.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin