Poursuivi pour abus de confiance, un citoyen nommé Ibrahima Ly a comparu ce lundi, 18 novembre 2019, devant le tribunal de première instance de Mafanco. A la barre, le prévenu a rejeté en bloc les faits mis à sa charge et assuré n’avoir eu aucun contact avec le plaignant, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

C’est une histoire de construction d’un immeuble R+1 dans la préfecture de Dubréka qui a opposé le plaignant, Sory Kaba, à la sœur ainée de monsieur Ibrahima Ly. Devant la juge Djéinabou Doghol Diallo, le plaignant a expliqué qu’il n’a pas pu recouvrer son argent dépensé dans l’achat de la parcelle, et que c’est Ibrahima Ly qui a confisqué le document de donation qui devait lui permettre de réclamer son argent.

« La grande sœur de monsieur Ibrahima Ly m’avait donné un travail dans la préfecture de Dubréka. Il était question pour moi de construire un immeuble R+1. Lorsque j’ai commencé le soubassement avec mes ouvriers, une famille est venue réclamer la parcelle sur laquelle je travaillais. Il se trouvait que les documents d’achat du domaine étaient faux. En commun accord avec la grande sœur de monsieur Ly, j’ai été mandaté de mener des négociations pour qu’on achète le domaine de manière régulière.

Nous sommes convenus à un montant de 20 millions de francs guinéens et c’est moi qui ai pris les 10 millions de francs guinéens dans ma propre poche pour donner comme avance. Entretemps, la grande sœur de monsieur Ly a décidé de confier les travaux à un autre ingénieur, donc j’ai été écarté. Lorsque je faisais le papier de donation, la sœur de monsieur Ly m’avait dit de mettre le nom de Fatimatou Diallo qui est la vraie propriétaire du domaine acheté. Chose que j’ai faite. Un jour, monsieur Ly m’a appelé pour me dire d’aller chez lui. Et quand je suis arrivé, il m’a dit de lui donner le document de donation, mais j’ai refusé.

Je lui ai dit tant que ta sœur ne rembourse pas mon argent qui s’élève à 133 millions 100 mille francs guinéens, je ne vais pas te donner le document de donation. Il a donc récupéré de force le papier de mes mains et moi aussi j’ai répliqué. C’est dans ça qu’il a donné le document de donation à une autre personne qui était présente au moment de cette scène. J’ai porté plainte contre lui pour m’avoir retiré le document de la donation qui allait me permettre de récupéré l’argent que j’ai dépensé », a expliqué Sory Kaba à la barre.

De son côté, le prévenu Ibrahima Ly, âgé d’une soixantaine d’années, a nié les faits rapportés par le plaignant. « Je sais que Sory Kaba a longtemps travaillé avec ma grande sœur. Donc, ce sont les deux qui ont mené les démarches pour acheter une parcelle à Dubréka pour Fatimatou Diallo qui vit aux Etats-Unis. Je n’ai jamais échangé avec Sory Kaba et je suis très surpris de me retrouver au tribunal.

Ce que je peux dire dans cette affaire, c’est que c’est moi qui ai facilité la signature du document de donation. Parce que je me connaissais bien avec le maire de Dubréka à l’époque. Donc nous sommes allé à trois, mais je n’ai pas touché le document et ne l’ai pas non plus signé. Un jour, Sory Kaba est venu chez moi en me disant de lui donner son argent. Je lui ai dit de s’adresser à ma sœur et que moi je n’avais rien à voir dans leur histoire. C’est tout ce que je peux dire », s’est défendu Ibrahima Ly.

Après les questions du ministère public et des avocats des deux parties, la juge Djéinabou Doghol Diallo a renvoyé l’affaire au 25 décembre 2019, pour la comparution des témoins qui sont au nombre de trois.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin