Elhadj Sadou Barry

Une attaque à main armée, suivie de viol ayant entraîné la mort, avait indigné plus d’un à Conakry, entre juin et juillet 2017, au quartier Sonfonia Gare, dans la commune de Ratoma. Quelques semaines plus tard, la police était parvenue à mettre la main sur Jean Faya Kamano et Paul Lamah, présumés être les auteurs du viol de dame Aissatou Diallo. Leur procès, programmé pour hier mardi, 19 novembre 2019, au tribunal criminel de Dixinn délocalisé à la mairie de Ratoma, n’a finalement pu se tenir au grand dam de la partie civile qui veut que lumière soit faite dans ce dossier, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Jean Faya Kamano et Paul Lamah sont les deux individus poursuivis dans ce dossier criminel. Ils seront jugés pour viol, vol aggravé, Coups et Blessures Volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner. Des faits prévus et punis par les dispositions des articles 268, 374 et 245 du Code Pénal Guinéen.

Présent au tribunal hier mardi, Elhadj Sadou Barry, beau frère de la victime et partie civile dans ce dossier, a dit son souhait de voir jaillir la vérité dans ce dossier. « Ceux qui sont présumés être les auteurs de ce crime, nous les attendions beaucoup ce mardi pour qu’ils s’expliquent. Je les ai vus au tribunal. En tant que partie civile, mon souhait est que la justice tranche dans ce dossier en toute vérité, que la vérité soit dite parce que la victime, Aïssatou Diallo, a été agressée à son domicile, de façon injuste, tuée par ses agresseurs. Ça c’est passé le 04 juin 2017. Elle est décédée le 05 juillet 2017 vers 11 heures ».

Elhadj Sadou Barry

Au lendemain de l’agression de cette dame, Elhadj Sadou Barry rappelle avoir saisi la police. « J’ai aussitôt saisi la Direction de la Police Judiciaire pour porter plainte contre X. Je leur ai remis le numéro de téléphone de la victime qui avait été emportée par les malfaiteurs. Heureusement, ils ont réussi à localiser le téléphone. C’est ainsi qu’ils ont réussi à mettre la main sur Jean Faya Kamano qui détenait le téléphone. Devant les agents, il a dit que c’est Paul Lamah qui lui a donné le téléphone de la victime. Mis aux arrêts à son tour, Paul Lamah a nié avoir donné un quelconque téléphone à Jean », a-t-il expliqué.

Pour finir, Elhadj Sadou Barry compte sur la justice pour que la lumière soit faite dans cette affaire. « Je demande que la justice dise la vérité. Je ne demande pas qu’on m’aide en condamnant des innocents. Mais s’ils sont coupables, que la loi s’applique, qu’on sache pourquoi ils ont tué Aissatou. C’est ce que je souhaite », a-t-il martelé.

Il reste à savoir ce que les accusés, Jean Faya Kamano et Paul Lamah, vont dire pour leur propre défense. Ils sont détenus à la maison centrale de Coronthie depuis le mardi, 08 août 2017.

A lire :

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin