Conformément au communiqué du président de la CENI, les opérations d’enrôlement et de révision des listes électorales ont été lancées hier, jeudi 21 novembre 2019, dans la commune de Kaloum. Mais, le démarrage des travaux sur le terrain a connu un léger retard dans cette localité qui abrite le centre administratif et des affaires de Conakry. Et ils n’ont pas connu de l’engouement en cette première journée, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Prévus pour démarrer ce jeudi matin, c’est finalement dans l’après-midi que les travaux ont été lancés sur le terrain dans la commune de Kaloum. Dans certaines CAERLE (Commissions Administratives d’Etablissement et de Révision des Listes Électorales), cette journée a été consacrée uniquement à l’installation des kits d’enrôlement. Mais, Souleymane Magassouba, le président de la Commission Électorale Communale Indépendante (CECI), annonce que les travaux ont démarré effectivement démarré dans la commune.

Souleymane Mangassouba, président de la Commission Électorale Communale Indépendante

« Le démarrage des travaux de révision des listes électorales est effectif au niveau de la commune de Kaloum. Tous les agents sont partis sur le terrain pour le lancement des opérations. En ce qui concerne la situation des agents recenseurs, ils ont signé un contrat avec une société, et après la signature de ce contrat, ils ont reçu leurs premières avances sur le terrain pour démarrer le travail… C’est un travail très sensible qu’ils sont en train de faire. Je leur demande donc d’être beaucoup plus responsables, courageux, patients et surtout stricts dans le travail. C’est bien vrai que le travail est très difficile mais il faut qu’ils soient disponibles et prêts à travailler avec les communautés », a-t-il exhorté.

En plus du retard enregistré dans le lancement des activités, il faut signaler aussi le manque d’engouement chez les électeurs. Amara Touré, commissaire à la CECI de Kaloum et coordinateur des travaux de révision dans les 5 CAERLE du quartier Manquepas, estime que la faible mobilisation des citoyens s’explique par le manque d’information.

Amara Touré, commissaire à la CECI de Kaloum

« Nous avons effectivement démarré les travaux. Aujourd’hui, dans certains secteurs, on a même commencé à enrôler les électeurs qui ont commencé à venir mais faiblement. Vous savez, c’est le début. Et quand c’est le début, il n’y a pas d’engouement. Face à cela, nous demandons à ce que les responsables du haut niveau nous aident à impliquer les autorités locales, à savoir les chefs de quartiers, les chefs de secteurs, les chefs religieux, les chefs de familles dans la communication pour que toutes les personnes qui ont l’âge de voter puissent être informées du démarrage des opérations de révision des listes électorales. Parce que nous constatons que les gens ne sont pas informés du lancement des opérations », soutient Amara Touré.

La circonscription électorale de Kaloum comprend 48 CAERLE, dont 5 dans la sous-préfecture de Kassa pour un total de 8 superviseurs et 48 opérateurs de saisie. Chaque CAERLE dispose d’un kit composé entre autres d’un capteur d’empreinte digitale, une caméra, une tablette, une batterie et un groupe électrogène portable. Les opérations d’enrôlement et de révision des listes électorales vont durer 25 jours.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 0224 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin