La situation était tendue dans la matinée de ce vendredi, 22 novembre 2019, au Collège-Lycée Marien N’Gouaby de Kankan. Les élèves de cet établissement ont pris d’assaut l’enceinte de l’Inspection Régionale de l’Education (IRE) pour protester contre l’arrivée d’un nouveau censeur dans leur école, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est une décision de l’IRE, prise avant-hier mercredi 20 novembre, qui a mis le feu aux poudres. Jusqu’ici censeur du lycée Marien N’Gouaby, Balla Bérété a été remplacé par Abou Camara, connu sous le sobriquet d’Abou Presse le mercredi 20 novembre. L’ancien est « rétrogradé » comme principal de collège. Irrités par cette décision, les élèves de ce lycée, dont la plupart sont des candidats au baccalauréat, ont protesté contre cette décision.

Ils étaient munis de pancartes sur lesquels on pouvait lire « le lycée Marien N’Gouaby veut M Balla ». Ils ont tenu un sit-in dans la cour de l’IRE. Devant l’inspecteur régional de l’éducation, le porte-parole des élèves, Aliou Diallo, a décliné les raisons de leur grogne. « Le message est simple. Nous avons trouvé monsieur Balla comme censeur du lycée, pendant toutes ces années, il est resté censeur. Mais, si ce matin on apprend qu’il a été remplacé par quelqu’un, nous attendons qu’il soit proviseur mais pas principal du collège, il ne peut pas être rétrogradé. Non, non et non, jamais nous ne sommes d’accord. Nous voulons que le censeur qui a été nommé ce matin soit changé, nous ne voulons pas de M. Abou Camara », a-t-il indiqué.

L’inspecteur régional de l’éducation de Kankan, Famoro Keïta, a légitimé la revendication des élèves du lycée Marien N’Gouaby. Il va finir par faire volteface pour revenir sur sa décision. « Votre porte-parole a dit que vous ne voulez pas d’Abou Camara. Donc, à partir de l’instant Abou Camara n’est plus le censeur. Maintenant, rentrez en classe et attendez les cours. Vous savez, le président doit venir demain. Donc, nous ne voulons pas de problèmes. J’ai été proviseur au lycée Marien N’Gouaby, rentrez et faites cours. A partir de l’instant, Abou Camara n’est plus censeur », a-t-il réitéré.

Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin