Dans le cadre de l’exécution de son chronogramme, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a lancé les opérations d’établissement et de révision des listes électorales en Guinée en prélude aux législatives de février 2020.

De nombreux couacs ont émaillé les opérations avec des opérateurs de saisie et autres superviseurs qui dénoncent les agissements des partenaires de la CENI. A cela, il faut désormais ajouter l’enrôlement des mineurs qui commence à être signalé par endroits, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon des informations confiées à notre rédaction, certaines CAERLE (Commissions Administratives d’Etablissement et de Révision des Listes Electorales) ont commencé à enrôler des mineurs. Une situation qui risque de compromettre le fichier électoral et de porter les germes de la contestation.

L’exemple le plus frappant de ce recrutement de mineures est celui de Lancinet Condé, né à Kissidougou et élève à l’école primaire Les Dabadins, une école située en face du siège du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) au quartier Donka, dans la commune de Dixinn, à Conakry.

Selon nos informations, qui ont été confirmées par l’un de ses maîtres, Lancinet Condé est né en 2008 et non en 2001, comme c’est indiqué dans son récépissé d’inscription. Il fréquente la classe de 6ème année A et est âgé de 11 ans cette année. « Effectivement, je confirme que c’est un élève de notre établissement. Il fait la 6ème année cette année. Il est venu nous présenter son récépissé d’inscription qui manque assez d’informations. Mais, lui-même a confirmé qu’il n’a pas l’âge. Et, effectivement, il n’a pas l’âge requis, c’est un enfant de la 6ème année. Nous ne savons pas dans quelle condition il a été recensé et pour quel but. Surtout au regard des informations qui manquent sur le document qu’il détient. Est-ce que c’est une erreur commisse par les agents de la CAERLE ou bien, ils commencent déjà à préparer la fraude ? Nous ne pouvons rien dire à propos. La seule explication que Lancinet Condé nous a confié est qu’il a été amené devant la CAERLE par son grand frère», a expliqué, sous anonymat, l’un des responsables de l’école, joint au téléphone ce lundi, 25 novembre 2019.

Cette question du recensement des mineurs relance encore le débat sur la fiabilité des opérations d’assainissement du fichier électoral et donc de la crédibilité des élections à venir.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin