« Refus » d’installer les conseils de quartiers : le procureur sollicite le rejet de la requête de Cellou Dalein

La Cour suprême de Guinée a ouvert l’examen de la requête du camp de Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, relative au retard de l’installation conseils de quartiers et de districts. Ce jeudi, 28 novembre 2019, la juridiction supérieure a écouté les deux parties concernées dans cette affaire. Et le procureur a demandé le rejet de la requête du chef de file de l’opposition guinéenne, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Près de deux ans après la tenue des élections locales du 04 février 2018 en Guinée, les conseils de quartiers et de districts ne sont toujours pas installés alors que le pays s’achemine vers de nouvelles élections législatives. Face au « refus » des autorités d’installer les élus locaux, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, et les listes du parti aux élections locales ont saisi la chambre administrative de la Cour suprême. La formation politique a introduit une requête demandant à la juridiction d’ordonner l’installation des conseils de quartiers et de districts.

« Il (le gouvernement, ndlr) refuse cette installation pour continuer à instaurer la dictature et avoir tous les leviers du pouvoir. C’est pourquoi nous vous demandons d’ordonner au Premier ministre et au ministre de l’administration du territoire, d’installer les membres des conseils des quartiers et districts », a plaidé maître Salifou Béavogui, l’un des avocats de l’UFDG, devant la Cour suprême.

De son côté, maître Bernard Sâa Dissi Millimono, avocat de l’Etat, a relevé plusieurs manquements dans la requête du camp de Cellou Dalein Diallo, qui doivent amener la Cour à la déclarer irrecevable. « Cette requête doit être irrecevable par votre Cour. On met en cause le Premier ministre et le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation. Alors, contre qui cette requête est orientée ? Mieux que ça, le Premier ministre a été saisi par Elhadj Cellou Dalein Diallo (le président de l’UFDG, ndlr) le 29 avril 2019. Et le 29 juillet 2019, il saisit la Cour Suprême pour excès de pouvoir et silence gardée par l’autorité compétente.

Or, on parle de silence gardée que si le délai dépasse 4 mois. Dans ce cas d’espèce, les 4 mois ne sont pas écoulés. En plus, dans la requête, il y a le nom de Cellou Dalein Diallo et les listes de l’UFDG. La requête n’a pas indiqué les noms, prénoms et domiciles des autres. Cela veut dire que nous sommes exposés à des inconnus. C’est pourquoi nous vous demandons de rejeter cette requête de Cellou Dalein Diallo », a sollicité l’avocat de l’agent judiciaire de l’Etat.

Après les plaidoiries des avocats des deux parties, le procureur, Aboubacar Camara, a demandé également à la Cour de déclarer la requête du camp Cellou Dalein irrecevable. La décision de la juridiction est attendue le 26 décembre 2019.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS