La remise en liberté des leaders du FNDC continue de susciter des réactions au sein de la classe politique guinéenne. Le Parti des Démocrates pour l’Espoir, formation politique membre du Front National pour la Défense de la Constitution, a salué cette décision de la Cour d’appel de Conakry prononcée jeudi dernier. Evoquant le sujet au cours de l’assemblée générale du PADES de ce samedi, 30 novembre 2019, Mohamed Kaba, le coordinateur des affaires administratives du parti, a estimé que c’est la justice qui a été rétablie.

« Cette libération en réalité n’est que le rétablissement de la justice. Parce que rien, absolument rien, ne justifiait leur détention. C’est le lieu aussi de féliciter tous les militants du FNDC, de féliciter tous les démocrates, les patriotes qui se sont mobilisés à tout instant, à tout moment, qui ont manifesté pour demander la libération de ces vaillants fils de la Guinée. C’est aussi le lieu de féliciter les avocats, parce qu’il y a eu une bataille judiciaire, qui sont restés constants et qui ont permis que le droit soit dit. Qu’ils en soient vraiment remerciés », a-t-il déclaré.

Mais, même s’il se réjouit de cette décision, l’opposant ajoute que cela ne suffit pas. « Beaucoup d’autres militants du FNDC sont en encore dans les geôles du pouvoir, et nous pensons que ces derniers doivent être élargis. Nous pensons à ceux qui sont notamment à l’intérieur du pays, qui ont été injustement arrêtés pour leurs opinions », soutient Mohamed Kaba.

Par ailleurs, ce responsable du parti dirigé par Dr Ousmane Kaba rappelle que « l’objectif fondamental du FNDC, c’est vraiment le combat contre le troisième mandat à travers la modification de la constitution. Donc il est important de ne pas perdre de vue cet aspect, et il faut, il est impératif que le pouvoir renonce à ce projet anti-démocratique de troisième mandat qui ne fait pas honneur au pays ».

Mohamed Kaba appelle aussi la justice à faire la lumière sur les cas de tueries enregistrés lors des récentes manifestations du FNDC. « Nous avons enregistré près d’une vingtaine de morts avec beaucoup de blessés souvent par balles réelles. Alors, il faut que la justice fasse la lumière sur ces tueries et sur ces violences. C’est important parce que nous sommes dans un état de droit, c’est important parce que nous sommes en train de construire un état de droit à travers les électrons qui vont se faire bientôt. Ces élections-là doivent être libres et ces élections doivent être organisées de façon transparente », a dit l’opposant.

Parlant justement des préparatifs de ces élections, monsieur Kaba a dénoncé des manquements constatés dans l’opération d’enrôlement des électeurs et de révision des listes électorales en cours. « Nous constatons beaucoup d’insuffisances, beaucoup d’anomalies dans le processus d’enrôlement. Il s’agit notamment du retard dans le démarrage des opérations que nous avons constaté dans plusieurs endroits. Il s’agit aussi des pannes au niveau des kits d’enrôlement qui font que beaucoup de militants n’arrivent pas à s’enrôler et aussi le fait que les agents n’arrivent pas à percevoir leurs primes et refusent de travailler pour cela.

Nous avons aussi été informés de l’enrôlement des mineurs, ce qui est extrêmement grave. Il faut que la CENI fasse attention. Le fichier électoral est l’élément fondamental de l’élection… Donc, il est important que la CENI comprenne que ce processus-là est un processus vital pour les futures élections. Parce qu’il ne s’agit pas seulement des élections législatives, mais aussi des élections présidentielles qui pointent à l’horizon. Donc il faut qu’on ait un fichier qui soit vraiment le reflet du corps électoral », a lancé le coordinateur administratif du PADES.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin