Comme annoncé précédemment, l’antenne du FNDC à Yomou n’arrive toujours pas à manifester pour exprimer son opposition au projet de changement de la constitution, qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Les autorités locales ont interdit toutes les marches projetées par la structure. Cette dernière a décidé donc de saisir la justice pour réclamer le respect de la loi, qui donne le droit à chaque citoyen de manifester pacifiquement pour exprimer ses opinions.

Le FNDC-Yomou a préparé une requête aux fins d’annulation de la décision du maire de la commune urbaine, interdisant sa dernière manifestation qui était prévue le vendredi dernier. Ce courrier dont copie est parvenu à Guineematin.com, sera remis ce lundi, 02 décembre 2019, au Juge de Paix de Yomou. Dans cette requête, l’antenne du FNDC dans cette préfecture de a Guinée forestière rappelle que le droit de manifestation est consacré par la constitution guinéenne.

Les opposants au projet de nouvelle constitution estiment qu’il est « injuste » d’autoriser les partisans du Oui à manifester tranquillement dans la ville et de leur refuser, eux, ce droit. Pourtant, soutiennent-ils, « la manifestation du FNDC ne peut nullement troubler l’ordre public à Yomou ». Le FNDC-Yomou sollicite donc l’annulation de la décision d’interdiction de ses manifestations prise par le maire de Yomou « parce que non conforme à la loi et de surcroît anti-démocratique ».

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin