Au moins cinq présidents de CAERLE (Commissions Administratives d’Etablissement et de Révision des Listes Electorales), issus de l’UFDG, ont été arrêtés ce mercredi, 04 décembre 2019, dans la sous-préfecture de Manéyah, relevant de la préfecture de Coyah. C’est l’honorable Aliou Condé, un des vice-présidents du principal parti d’opposition du pays, qui a confié l’information à la rédaction de Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Selon lui, ces opposants ont été mis aux arrêts parce qu’ils ont refusé de boycotter l’opération d’enrôlement des électeurs et de révision des listes électorales en cours. « Comme ils font le travail conformément aux instructions de la CENI, les autorités administratives locales ont demandé à ce qu’on les change et qu’on les remplace par d’autres personnes. Et comme ils ont refusé cette modification, ce sont des pick-up de la gendarmerie qui sont allés aujourd’hui pour les ramasser », a-t-il annoncé.

Les personnes interpellées sont : « Mohamed Camara de la CAERLE 2137 de Bentourayah Village ; Thierno Aliou Diallo de la CAERLE 2145 de Fassia Centre ; Aboubacar Sabari Conté de la CAERLE 2164 du secteur CBA ; Amadou Kendouma Sow de la CAERLE 2150 du Km36 et Mamadou Djan Diallo de Kassonyah. Ce dernier n’a pas eu le temps de nous communiquer le numéro de sa CAERLE. Les gendarmes ont retiré son téléphone au moment où il voulait le communiquer », a précisé le député Aliou Condé.

Il ajoute qu’il n’est pas exclu que deux autres présidents de CAERLE issus de l’UFDG soient arrêtés. « Il y a deux autres CAERLE de cette sous-préfecture qui sont dirigées par des membres de l’UFDG. Les gendarmes ont commencé les arrestations au Km36 et ils remontent vers Coyah. Au fur et à mesure qu’ils passent dans une CAERLE qui est présidée par l’UFDG, ils arrêtent le président. Donc, ce n’est pas étonnant qu’on apprenne que les deux aussi sont arrêtés », souligne ce vice-président de l’UFDG.

L’opposant dénonce « un processus électoral inédit, qui ne dit pas son nom en termes de pagaille. On veut que l’UFDG s’efface pour qu’ils puissent tripatouiller les enregistrements au niveau du fichier électoral. Ce sont des CAERLE qui travaillaient très bien, qui ont fait des grands scores. Donc, ils ne sont pas du tout contents du résultat obtenu au niveau de ces CAERLE et ils veulent emmener d’autres pour essayer de saboter et freiner l’enregistrement. Donc, nous sommes dans un processus vraiment exceptionnel comme le disait la CENI ».

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin