image d’archive

Un cas présumé de viol aurait eu lieu au quartier ENTAG Nord, dans la commune de Matoto, il y a de cela quelques jours. Le mis en cause, un certain Lambert Lamah, rejette en bloc les accusations et dit avoir porté plainte contre la demoiselle et ses parents. Il l’a confié à un reporter de Guineematin.com dans la journée d’hier mardi, 04 décembre 2019.

Lambert Lamah, conducteur de taxi, marié à une femme, n’en revient pas des accusations portées contre lui par une demoiselle de son quartier. « J’ai été surpris par cette nouvelle qui circule dans la cité concernant le viol de la demoiselle. Si les médias veulent toutes les explications, je les prie de m’inviter sur une radio afin que je puisse relater les faits qui me sont reprochés ».

Par ailleurs, monsieur Lamah rejette en bloc les accusations et explique ce qui s’est passé entre lui et la jeune fille. « Parlant du viol dont on m’accuse, je ne l’ai pas fait. La fille en question me connait parce qu’elle venait chaque fois ici. Un jour elle m’a demandé de lui passer mon téléphone pour qu’elle appelle une de ses amies. Depuis ce jour, elle a mon numéro de téléphone. C’est comme ça qu’il y a eu la connaissance entre elle et moi. Mais, elle n’est pas ma copine, même si elle m’appelait mon mari et je l’appelais ma femme », se défend-il.

Cette proximité fait que la jeune fille venait souvent au domicile de Lambert Lamah pour demander à manger, soutient-il. « Parfois elle venait me dire qu’elle a faim et ma femme Philomène lui donnait a manger. Et le jour qu’elle ne trouvait pas du repas, je lui remettais 5000 FG pour acheter de quoi manger. C’est comme ça qu’on a continué jusqu’à la fin du mois de novembre 2019. La dernière fois qu’elle est venue chez nous, c’était le mercredi 27 novembre 2019. Elle m’a envoyé un texto à 15h 23 mn pour savoir si j’étais à la maison. Je lui ai dit Oui. Après, elle est venue me trouver avec mes amis pour dire encore qu’elle avait vraiment faim. J’ai dit à ma femme Philomène de lui servir le repas, mais elle n’a pas accepté. Elle a dit qu’elle voulait manger du foutou. Je lui ai donné 15 000 FG ».

Mais, Lambert Lamah ajoute qu’avant de partir pour acheter le foutou, la demoiselle aurait pris son nouveau téléphone. « Avant que je quitte la maison, elle me demande de lui passer mon nouveau téléphone Samsung Galaxy S7 pour regarder. Au moment où je fermais la porte pour aller chercher les produits du vieux, elle m’a laissé dans la cour avec mes amis pour venir s’arrêter sur les rails. Quand je suis sorti, je l’ai vu à quelques 30 mètres. Je l’ai appelé pour qu’elle me remette mon téléphone. Elle m’a dit de la trouver où elle était arrêtée. A mon arrivée, elle a fui avec mon téléphone. J’appelle son numéro mais elle ne répond pas. Pour l’effrayer, je lui ai dit que si elle ne ramenait pas le téléphone, j’allais en parler à son père. Elle a dit que je ne connais pas ses parents et qu’elle dira qu’on ne se connait pas ».

Devant cette réaction, Lambert Lamah dit avoir cherché à rencontrer les parents de la jeune fille pour récupérer son téléphone. « Comme je ne connaissais pas chez elle, j’ai dit à mon petit de m’accompagner chez son père pour expliquer le problème. De là-bas, son père me posa la question de savoir s’il s’agissait vraiment de sa fille. Il l’a appelée, elle est venue. Son père lui demande de me remettre le téléphone, mais elle dit qu’elle ne me connait pas. Je n’ai pas insisté, je suis reparti chez moi. Le lendemain, les parents de la fille sont venus me présenter des excuses », a expliqué le taximan.

Mais, l’affaire va connaitre un rebondissement. « Je suis allé à Kindia les heures qui ont suivi. À mon retour, mon père me dit que des policiers étaient venus me chercher pour un cas de viol. Ensuite, mon père m’a demandé si j’ai réellement violé la demoiselle. J’ai juré que Non. Il m’a dit alors de porter plainte contre la fille. Ce mardi matin j’ai déposé ma plainte à la gendarmerie d’ENTAG-Nord ».

Notre reporter s’est ensuite rendu dans la famille de la jeune fille. Mais, ses parents n’ont pas voulu qu’elle s’explique. « Comme l’affaire est à l’OPROGEM, nous préférons qu’elle ne parle pas », a lancé un de ses oncles.

A suivre !

Foko Millimouno pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin