Comme annoncé précédemment, le gouvernement guinéen a lancé hier, mercredi 05 décembre 2019, deux projets agricoles cofinancés par l’Etat guinéen et la Banque Islamique de Développement (BID). Il s’agit du Projet de Développement des Chaines de Valeurs Agricoles de Guinée (PDCVA-G), qui va couvrir 29 des 33 préfectures du pays, et du Projet de Développement Rural Intégré de Gaoual, Koundara et Mali (PDRI GKM), qui interviendra dans les trois préfectures sus mentionnées.

Après le lancement officiel des projets suivi du démarrage d’un atelier de 3 jours et réunissant les principaux acteurs intervenant dans le secteur agricole, des représentantes des paysans et des petits producteurs ont exprimé leurs sentiments au micro de Guineematin.com, présent à la rencontre.

Mme Traoré Ami Cissé, présidente de la fédération des producteurs de la Guinée forestière

Madame Traoré Ami Cissé, présidente de la fédération des producteurs de la Guinée forestière : « Je suis très contente puisque dès qu’on a reçu les invitations, les membres de la fédération ont rapidement réagi en désignant la délégation qui doit venir prendre part à l’atelier de Conakry. Avec ces projets, nous savons qu’on va sortir de la pauvreté et augmenter le revenu de nos familles. Avec ces projets, nous attendons des appuis techniques et financiers pour booster la productivité et les rendements agricoles à tous les niveaux ».

Madame Conté Salimatou Camara, présidente des vivriers de la Basse Guinée

Madame Conté Salimatou Camara, présidente des vivriers de la Basse Guinée, ne cache pas aussi sa satisfaction. « J’ai été personnellement mandatée par le président de la Fédération des paysans du Fouta, Moussa Para Diallo. Nous savons que ces projets vont augmenter les rendements de nos récoltes. Ces projets vont permettre de réduire la pauvreté en milieu rural à travers la chaîne des valeurs agricoles. Une chaîne de valeurs qui fait intervenir les préparatifs des domaines agricoles jusqu’à la commercialisation en passant par le désenclavement des zones de production et la transformation des produits agricoles. Nous sommes vraiment contents ».

Mama Aïssata Mané, présidente de l’union Koliba Gaoual

De son côté, Mama Aïssata Mané, présidente de l’union Koliba Gaoual, dit accueillir avec beaucoup d’attentes le projet PDRI-GKM. « Nous attendons du projet, des semences améliorées et hâtives, des domaines agricoles aménagés, du matériel agricole adapté à nos réalités et également le désenclavement de nos zones de production, la formation et l’accompagnement des producteurs et petits exploitants. Nous remercions le gouvernement guinéen et la BID pour cette belle initiative et nous attendons le démarrage du projet sur le terrain avec impatience ».

Thierno Balla Diallo, coordinateur technique de la fédération des paysans du Fouta Djallon

Thierno Balla Diallo, coordinateur technique de la fédération des paysans du Fouta Djallon, également présent à la rencontre, s’est réjoui du lancement des deux projets. « Nous attendons beaucoup de choses de ces projets. Ce sont des projets ambitieux qui s’intéressent à l’ensemble des problèmes qui tiennent à cœur les producteurs que devons couvrir. C’est l’amélioration des conditions de vie des populations rurales. Ce qui passe par l’amélioration de la production et la facilitation de l’accès au marché. Mais également la mise en relation et le développement de certaines filières agricoles, le développement de l’agro-industrie et de l’entrepreneuriat. Ce qui passe par l’insertion des jeunes et des femmes qui seront des acteurs privilégiés dans ces projets. Les filières agricoles ont beaucoup de problèmes, nous attendons de ces projets la résolution de ces contraintes. Il s’agit des difficultés d’acquisition d’intrants, les infrastructures d’irrigation, de stockage, de transformation ou encore le renforcement des capacités ».

M. Diallo espère que beaucoup de ces contraintes seront résolues, des zones agricoles désenclavées et des milliers d’emplois vont être créés grâce à l’exécution de ces deux projets agricoles qui donnent une priorité à la chaîne des valeurs.

Ce technicien agricole définit la chaîne des valeurs des filières agricoles comme étant le processus allant de l’acquisition des intrants jusqu’à la consommation des produits. Elle couvre l’ensemble des activités qui se passent sur la chaîne de la production, de la transformation jusqu’à la consommation en tenant compte de l’implication des acteurs pour sa mise en œuvre.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél. : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin