Comme annoncé précédemment, Mamadou Saïdou Diallo, 24 ans, est décédé ce samedi, 07 décembre 2019, après avoir reçu une balle hier après les obsèques des 8 jeunes tués lors des précédentes manifestations du FNDC, à Conakry. Interrogé par un reporter de Guineematin.com, son grand frère, Alhassane Diallo, est revenu sur les circonstances de sa mort.

Alhassane Diallo, grand frère de feu Mamadou Saïdou Diallo

« Hier, on m’a appelé lorsque je quittais le boulot pour m’informer que mon jeune frère a été touché par une balle. J’ai demandé c’est où exactement, ils m’ont dit que c’est à Bambéto magasin. Directement, j’ai appelé la famille pour les informer. Mais, c’est juste à 20 heures qu’on a su qu’il était couché à l’hôpital Jean Paul II. On s’est rendus sur les lieux à 21 heures et nous l’avons transporté à l’hôpital Donka, directement aux urgences. Ce samedi matin, à 7 heures, on l’a transféré dans une autre salle. Et à 12 heures, on nous a informés qu’il est décédé », a-t-il expliqué, précisant que la balle a touché son jeune frère à la tête.

Frère jumeau du défunt, Mamadou Souaïbou Diallo, est inconsolable. Comme s’il avait vu les choses, il a tenté vainement de convaincre son jumeau de ne pas sortir pour aller assister aux obsèques d’hier.

Mamadou Souaïbou Diallo, frère jumeau de feu de Mamadou Saïdou Diallo

« Avant-hier, on était ensemble et on jouait ensemble. On disait qu’on allait se présenter cette année pour refaire le Baccalauréat puisqu’on a échoué par deux fois. Le soir, je lui ai dit de ne pas sortir puisqu’on tue les gens. Je lui ai dit de rester avec moi mais il n’a pas accepté. Chaque fois qu’on lui disait de rester à la maison et de ne pas sortir manifester, il n’acceptait pas. Hier encore, à 13 heures, je lui ai dit à nouveau de ne pas aller à l’enterrement mais il m’a promis qu’il allait revenir. Comme je ne voulais pas qu’on se dispute, je l’ai laissé partir. J’étais à Bantounka en train d’enseigner des enfants, lorsqu’on m’a appelé pour me demander si c’est moi Souaïbou. J’ai dit oui et on m’a dit au téléphone qu’on a tiré sur mon jumeau et qu’il a reçu la balle dans la tête. Directement, j’ai pris la moto pour me rendre à Donka. A chaque fois que je venais le voir, je trouvais qu’il respirait. J’ai passé la nuit à côté de lui et c’est aujourd’hui, à 12 heures, qu’on m’a dit qu’il est décédé ».

Feu Mamadou Saïdou Diallo

Mamadou Saïdou Diallo est le 23ème jeune tué par balle depuis le début des manifestations pilotées par le Front National pour la Défense de la Constitution et qui visent à barrer la route au projet de changement de la Constitution, qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin