A un peu plus de deux mois des élections législatives du 16 février 2019, la situation est tendue au sein de certains partis politiques du pays. Cela, en raison de la multitude de candidats à la députation. A Labé par exemple, ils sont trois candidats, tous issus de l’UFDG, à se disputer le poste de député uninominal de cette ville. Il reviendra au bureau fédéral, et peut-être même à la direction nationale de la formation politique de les départager, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants sur place.

Honorable Cellou Baldé

Après plus de cinq ans passés à l’Assemblée nationale, l’actuel député uninominal de Labé compte briguer un second mandat. Joint au téléphone, l’honorable Mamadou Cellou Baldé a confirmé qu’il sera effectivement candidat aux élections législatives du 16 février. Face à lui, il y a d’abord Mamadou Aliou Sampiring Diallo, premier vice maire de Labé. Il dit avoir le soutien des membres du bureau fédéral de l’UFDG à Labé.

« J’ai mené des consultations au niveau du bureau fédéral et de ses organismes. J’ai fait part à ses responsables de ma candidature. Ils m’ont encouragé et m’ont promis leur soutien. Il peut y avoir 10 candidats, mais sachez qu’il y aura un consensus pour choisir le candidat qui va représenter l’UFDG au compte des élections législatives.

C’est comme ça qu’on avait fait en 2013 pour choisir l’honorable Mamadou Cellou Baldé, c’est comme ça qu’on a choisi Elhadj Cellou Daka comme président de la délégation spéciale de Labé en 2016, et c’est comme ça qu’on a choisi aussi Mamadou Aliou Laly Diallo pour être la tête de liste de l’UFDG aux élections communales de 2018. Cette fois encore, on va privilégier le consensus. Et si on ne parvient pas à travers ce consensus, on va procéder par un vote pour élire le candidat qui va représenter le bureau fédéral de Labé », a-t-il indiqué.

Et puis, il y a aussi Younoussa Baldé, le responsable de la jeunesse de l’UFDG à Labé. Il compte postuler, au nom de la jeunesse, pour être député uninominal de Labé. « Ce qui m’a motivé, c’est qu’avant tout c’est un droit légitime pour moi, compte tenu de l’engagement politique de la jeunesse, de notre investissement, de notre volonté de participer à porter le parti UFDG au pouvoir. Donc on s’est dit que c’est nécessaire et incontournable d’être représentés à tous les niveaux. Non seulement au niveau des instances du parti, mais aussi au niveau des instances de prise de décision où le parti a le droit de prendre part », soutient cet autre candidat.

A noter que cette situation est quasiment la même dans la plupart des villes du pays. Un véritable problème à gérer pour les responsables des principaux partis politiques du pays.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin