Arrêtés depuis bientôt un mois, le coordinateur du Front National de la Défense de la Constitution (FNDC) Kindia, Alsény Fareinta Camara, et 4 de ses pairs vont comparaître ce mardi, 10 décembre 2019 au tribunal de première instance de Kindia. Ce qui fait que la marche contre le 3ème mandat pour Alpha Condé, prévue ce mardi dans la ville et interdite par le maire, a été reportée sine die, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Alsény Fareinta Camara et ses quatre compagnons d’infortune, membres de la coordination régionale du FNDC, ont été arrêtés le 14 novembre 2019, alors qu’ils s’apprêtaient à prendre part à une marche contre le 3ème mandat, interdite par les autorités communales. Depuis, ils croupissent en prison à la maison d’arrêt de Kindia.

Leur procès étant programmé ce mardi, 10 décembre 2019, la marche prévue dans la ville a été reportée à une date ultérieure. L’annonce en a été faite par Kémo Mali Touré, coordinateur par intérim du FNDC de Kindia. « La première information que je voulais faire c’est de dire à l’opinion nationale et internationale, que tous les avocats du FNDC seront présents à Kindia ce mardi, dont à la tête, l’avocat Me Salif Béavogui. Pour le procès de nos frères, certains avocats sont déjà à Kindia pour pouvoir défendre les innocents qui ont longtemps séjourné à la maison centrale de Kindia, arrêtés à cause de t-shirts. Donc ce mardi, ils viendront pour défendre le droit », a-t-il annoncé.

Par ailleurs, Kémo Mali Touré a dénoncé les agissements du maire de Kindia, Mamadouba Bangoura, qui a interdit la marche de sa structure. « Nous avons été estomaqués, surpris encore de recevoir la lettre d’interdiction de la marche du maire de Kindia, puisque sa dernière sortie a été une honte. Une sortie révolue de la part des gens qui pensent encore qu’ils sont dans une monarchie où un prince ou roi, qui se prend pour un monarque, peut s’enfermer entre les 4 murs de sa chambrette, prendre des décisions unilatérales et imposées sur des gens que nous appelons des sujets, autrement dit des esclaves. Nous rappelons à monsieur le maire que nous-nous sommes loin d’être comme étant ses sujets, nous sommes loin d’être comme étant ses enfants. Il n’a pas à faire avec des esclaves. Il a à faire avec des citoyens responsables, qui connaissent c’est quoi la distinction entre un citoyen et un sujet dans une République ».

La manif de ce mardi est donc reportée à une date ultérieure pour prioriser la libération des membres, a précisé le coordinateur par intérim du FNDC de Kindia. Une manifestation qui avait été interdite par le maire qui a qualifié les membres de la structure de mercenaires et de malades.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin