Sidya Touré contre un 3ème mandat en Guinée : « nous allons continuer ce que nous avons commencé »

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, à l’appel du front national pour la défense de la constitution (FNDC) plusieurs milliers de personnes ont déferlé ce mardi, 10 décembre 2019, dans les rues de Conakry. Ils étaient sortis exprimer leur opposition à toute idée de changement de constitution qui favoriserait un troisième mandat en Guinée. Et, Sidya Touré, le leader de l’UFR (union des forces républicaines), a mis à profit cet acte VI du FNDC pour rassurer les Guinéens que la lutte continuera jusqu’au bout, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi les marcheurs.

La marche de protestation s’est déroulée sur l’itinéraire habituel du FNDC (du rond-point de la Tannerie à l’esplanade du stade du 28 septembre, en passant par Gbéssia-Kondéboungni, carrefour concasseur, rond-point de Hamdallaye et rond-point de Belle vue). Tout au long du trajet, les marcheurs ont scandé des slogans hostiles au pouvoir en place. Et, au point de chute de la marche (à l’esplanade du stade), Sidya Touré a remercié les manifestants pour leur détermination à combattre toute idée de troisième mandat en Guinée. Le leader de l’UFR a prévenu que la lutte est loin de finir.

« Merci pour cette mobilisation ! Merci d’être venus, aujourd’hui surtout, pour rendre hommage à nos amis qui étaient détenus… Mais, je voudrais vous dire que nous avons encore quelques amis en prison. On en a libéré 23 aujourd’hui ; mais, il y a cinq (5) qui sont détenus à Kindia et douze (12) à Faranah qui ont été arrêtés à Maréla. Ils ont même été condamnés à un an de prison ferme. Donc, la lutte n’est pas finie », a dit Sidya touré, tout en entonnant : Libérez ! Libérez ! Libérez !

Revenant sur les motivations de ces mobilisations populaires des responsables, militants et sympathisants du front national pour la défense de la constitution, le leader de l’UFR a dit qu’il faut changer de régime.

« Nous avons entrepris les marches pour signifier à notre gouvernement (…) et la communauté internationale que le peuple s’est exprimé, qu’il n’acceptera pas l’idée d’un troisième mandat… Comme l’a dit quelqu’un, il faut qu’on change de régime. Nous ne demandons pas de faire un coup d’Etat ; mais, on dit simplement que vous avez accompli jusqu’au terme du mandat qui vous a été donné par la loi. Donc, tu t’arrêtes là ; et, quelqu’un d’autre, de manière démocratique, va nous proposer une autre solution. C’est très simple ! Ce que nous avons commencé, nous allons le continuer. Nous allons peut-être changer de méthode ; mais, nous n’allons pas nous arrêter sans que cet aspect ne soit réglé », a déclaré Sidya Touré.

Mamadou Baïlo Kéita pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS