Plusieurs vendeuses du marché Sogbè de Kankan sont remontées contre le maire de la commune urbaine, Mory Kolofon Diakité. Ces femmes étalagistes accusent l’autorité communale de les avoir spoliées les places qu’elles occupaient aux alentours de ce marché avant sa rénovation. Elles ont manifesté dans la rue hier, mardi 10 décembre 2019, pour exprimer leur colère, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

Nana Diabaté, porte parole des manifestantes

« Kolofon zéro, Kolofon voleur… », c’est avec ces slogans que les manifestantes, au nombre d’une cinquantaine, ont pris d’assaut les rues de la ville de Kankan. Elles dénoncent le maire de la ville, l’accusant d’avoir retiré leurs places pour les donner à d’autres personnes ayant plus de moyens qu’elles. « On a passé deux mois en train de plaider Kolofon (le maire, ndlr), il a dit niet, qu’on ne pourra plus avoir nos places aux alentours du marché parce que les riches ont fini de payer l’argent. A moins qu’on paye 250 000 francs ou qu’on paye 3 000 000 de francs pour occuper les nouvelles boutiques. Pourtant, avant on payait 60 000 francs pour les boutiques, 40 000 francs pour les containers et 15 000 francs pour les tables par mois. A partir d’aujourd’hui, on ne plaidera plus Kolofon. Ce qu’on veut, c’est juste occuper nos places et les boutiques », a déclaré Nana Diabaté, la porte-parole des manifestantes.

Les protestataires se sont rendues au Gouvernorat de Kankan dans le but d’exposer leur problème au gouverneur, mais elles ne l’ont pas trouvé sur les lieux. Elles se disent prêtent à aller jusqu’à la présidence de la République pour réclamer leurs places. « Quand on est parties chez le maire la dernière fois, il a dit qu’il allait nous lancer de l’eau chaude.

Mais, cela ne va nullement nous intimider, parce qu’on sait que le président Alpha Condé travaille pour tout le monde. On a fait plus de 40 ans ici et on a toujours payé les taxes, pourquoi c’est maintenant qu’il nous exige des taxes exorbitantes ? Maintenant, s’il ne nous donne pas nos places, on n’a pas peur, on ira jusqu’au palais pour voir le président si les autorités de Kankan ne nous aident pas », prévient Nana Diabaté.

Pour prouver leur détermination, ces femmes vendeuses annoncent une nouvelle manifestation le jeudi, 12 décembre prochain dans la ville de Kankan. Pour l’instant, la commune n’a fait aucun commentaire sur cette situation.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin