Dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de promotion et d’accompagnement des jeunes (entrepreneurs ou aspirant à entreprendre), le fonds national pour l’insertion des jeunes (FONIJ) a organisé hier, vendredi 13 décembre 2019, une journée d’écoute et d’orientation à la bluezone de Dixinn. Cette journée dénommée « Vendredi de l’Entrepreneur »- organisée avec des partenaires techniques et financiers du FONIJ dont la Banque UBA- vise à créer un espace d’échanges, d’orientations et d’informations entre les acteurs de l’écosystème entrepreneurial en Guinée, a appris un reporter de Guineematin.com qui était à cette activité.

Projection d’un documentaire, remise de satisfécits…le « vendredi de l’entrepreneur » a été une occasion pour les participants de mieux connaître le FONIJ, notamment dans ses objectifs, sa mission et ses actions en faveur des jeunes. Présidé par le ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Mouctar Diallo, ce cadre d’échange a aussi permis à plusieurs jeunes à la recherche de financement ou de formation de faire connaitre leurs projets (dont les domaines d’intervention sont principalement l’agriculture et l’élevage) et d’être informée sur le mode d’accompagnement du FONIJ et ses partenaires techniques et financiers.

Mariama Ciré Baldé, Directrice Générale du FONIJ

« Cette journée marque le début d’un processus qui partira de la présentation des projets des jeunes promoteurs, à la sélection des meilleurs qui aboutira à une formation intensive en entrepreneuriat. Ce mécanisme leur permettra d’enrichir leurs connaissances et de trouver les voies et moyens de créer leur propre emploi », a indiqué Mariama Ciré Baldé, la directrice générale du FONIJ.

Selon les informations, plusieurs entreprises de jeunes qui naissent en Guinée meurent très tôt par faute d’accompagnement, de renforcement de capacités ou par manque d’esprit entrepreneurial des jeunes. Et, pour Mariama Ciré Baldé, c’est pour inverser cette tendance que le gouvernement guinéen, par le biais du FONIJ, a initié une stratégie de promotion et d’accompagnement à travers cette activité du Vendredi de l’Entrepreneur. « Une activité qui permettra non seulement aux jeunes promoteurs de faire connaitre leurs projets, mais aussi de bénéficier des opportunités d’accompagnement qui s’offrent à eux », a-t-elle expliqué.

Depuis sa création, le FONIJ tente de porter un grand intérêt sur la situation des jeunes entrepreneurs en les formant et en les incitant à s’organiser en groupements d’intérêt économique ou en coopératives jeunes d’auto-emploi afin qu’ils participent à l’essor national de développement. Et, pour le ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, le vendredi de l’entrepreneur répond à ce besoin pressant de milliers de jeunes qui veulent se prendre en charge, à travers des activités créatrices de revenus, par le biais de la créativité et de l’innovation.

« C’est un réel plaisir pour moi d’être là, auprès de vous, à l’occasion de cette belle activité du vendredi de l’entrepreneur. Une initiative lumineuse qui entre dans le cadre de la promotion de l’entreprenariat, de l’autonomisation des jeunes. Le vendredi de l’entrepreneur répond à ce besoin pressant de milliers de jeunes qui veulent se prendre en charge, à travers des activités créatrices de revenus, par le biais de la créativité et de l’innovation… Cet exercice répond justement à cette volonté du gouvernement d’être à votre écoute et de vous accompagner afin de transformer vos idées de projet en projet et vous trouver des opportunités de financement », a confié le ministre Mouctar Diallo.

Mouctar Diallo, ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes

En plus de l’emploi que l’Etat est en train de créer, poursuit le ministre de la jeunesse, l’entreprenariat est un autre levier qui peut garantir beaucoup d’opportunités d’insertion et d’emploi, pour garantir l’avenir des jeunes. « C’est pourquoi, cette activité qui se déroule aujourd’hui à la bluezone de Dixinn va continuer dans d’autres bluezones et en dehors de Conakry, pour aller à l’écoute de tous les jeunes. Cette pédagogie consiste à encourager les jeunes à aller vers l’entreprenariat. C’est aussi une façon pour nous d’écouter les jeunes pour connaitre leurs préoccupations et les intégrer dans nos réflexions, dans nos actions en faveur des jeunes… Nous voulons que vous soyez des jeunes citoyens. C’est pour cela, quand nous avons souhaité avoir une rencontre mensuelle avec les jeunes, nous avons estimé qu’il fallait créer un cadre qui soit favorable à un échange fructueux, sortir des débats de cliché, pour amener les jeunes vers un terrain de responsabilité, de vision, de création », a conclu le ministre Mouctar Diallo.

Madame Diallo Fanta Kaba, représentante de UBA Guinée

Pour la représentante de UBA au vendredi de l’entrepreneur, le chômage chronique et la pauvreté, où qu’elles soient, sont une menace pour l’humanité. C’est pourquoi, madame Diallo Fanta Kaba a appelé à investir en nos jeunes. « A moins que nous ne commencions à prendre à bras le corps ces problématiques, nos jeunes seront toujours victimes d’endoctrinement par des personnes qui ne leur offriront aucune perspective d’avenir. Et, ils continueront à s’engager dans des pratiques qui les nuiront ou en tout cas n’amélioreront aucunement leur condition de vie. La stabilité ne peut être atteinte à long terme qu’en investissant dans nos jeunes. Et, c’est une nécessité pour le secteur public de collaborer avec le secteur privé pour venir à bout de la pauvreté », a dit la représentante de UBA.

A noter que la la fondation UBA (un des partenaires techniques et financiers du FONIJ qui soutiennent le vendredi de l’entrepreneur) offre un programme d’aide à l’entreprenariat. « Un programme qui est ouvert aux entrepreneurs de toute l’Afrique (donc de la Guinée) et qui permet de bénéficier d’une formation en affaires, d’un capital d’amorçage non remboursable de 100 mille dollars et de possibilité de réseautage mondial ».

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin