Le procès opposant le Directeur Général du groupe de presse Evasion Guinée au collectif des journalistes licenciés de la même chaîne n’a pu trouver une solution à l’amiable. Après moult tractations, les négociations pour le payement des arriérées par Moussa Traoré n’ont pas abouti. Programmé au tribunal de première instance de Mafanco hier vendredi 13 décembre 2019, le dossier a été renvoyé une nouvelle fois devant l’absence du PDG et de son avocat, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour la quatrième fois, le procès opposant le collectif des journalistes licenciés du Groupe Evasion-Guinée et leur ex patron, Moussa Traoré, a été renvoyé. La prochaine audience est fixée au 20 décembre 2019.

Une situation qui n’a pas été du goût de l’avocat du collectif, Me Thierno Souleymane Barry. « Le dossier qui oppose les ex journalistes du groupe Evasion-Guinée au patron dudit groupe, Moussa Traoré, qui devait se tenir aujourd’hui, a été renvoyé pour le 22 décembre 2019. Mais, vous savez qu’il y a deux semaines que nous avons dit que nous sommes dans une phase exploratoire de négociations. Et à la date du jour d’aujourd’hui, nous n’avons rien eu, rien vu, rien entendu. Et, puisque nous sommes dans une République, donc notre seul espoir, c’est le code du travail. Pour cela, nous demandons l’application stricte du code de travail. Donc, nous ne sommes plus dans une phase de négociations. On a constaté l’échec de la négociation pendant la phase conciliatoire. Mais, avant d’aller au fond, on était dans le cadre de gérer ce dossier à l’amiable. Aujourd’hui, force est de reconnaitre que cette affaire a trop duré, ça a trop trainé, les journalistes qui m’ont mandaté de leur défense ne veulent plus entendre pour le moment parler de négociations, ils demandent au juge de trancher. Et comme il se doit, nos contradicteurs ont demandé une semaine pour obtenir un ultime renvoi. C’est-à-dire, la semaine prochaine, il faut qu’ils aient produit leur défense. Si non, nous allons répliquer. A défaut, nous allons demander la mise en délibéré de l’affaire. Et on ne peut pas continuer à écraser les faibles à tout prix », a martelé maitre Barry.

Ben Oumar Sylla, porte-parole du collectif des journalistes licenciés du groupe Evasion-Guinée

Pour le porte-parole du collectif des journalistes licenciés du groupe Evasion-Guinée, Ben Oumar Sylla, les victimes des abus de Moussa Traoré iront jusqu’au bout. « Il ne sera plus question d’aller à une phase de négociation avec Moussa Traoré, en ce sens que nous avons compris qu’il veut mettre à tout prix terme à ce procès parce qu’il est convaincu d’emblée qu’il va le perdre, si vraiment nous allons à ce procès comme cela se doit. Mais, je vous assure que nous journalistes licenciés injustement, et arbitrairement du groupe de presse Evasion-Guinée, nous irons jusqu’au bout pour obtenir satisfaction dans ce procès ».

A noter que maitre Salifou Béavogui, avocat de la défense, et son client, Moussa Traoré , PDG du groupe de presse Evasion-Guinée, ont brillé par leur absence dans la salle d’audience.

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tél : 661 74 99 64

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin