La plateforme Terrafrik Alternatives en partenariat avec le CIRD a organisé une table ronde sur le thème : Mines, environnement et développement durable. La rencontre d’échange a eu lieu hier, samedi 14 décembre 2019, dans les locaux du centre international de recherche et de documentation, à Kipé-Dadia. Elle a réuni des spécialistes de ces questions, des activistes de la société civile ainsi que de nombreux étudiants, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

L’objectif est de trouver des approches permettant une bonne meilleure cohabitation l’exploitation minière, la protection de l’environnement et le développement durable. Selon Alpha Idy Baldé, le coordinateur de Terrafrik/Guinée, cette table ronde s’inscrit dans d’un dispositif interne dont dispose la plateforme.

Alpha Idy Baldé

« C’est un dispositif interne à Terrafrik que nous appelons (le forum subsaharien des alternatives). C’est une branche qui nous permet d’avoir nos opinions à Terrafrik. Nous le faisons souvent. Nous l’avons fait dans le cadre de la gestion des déchets à Conakry et à Faranah en décembre dernier quand on a voulu nous investir dans le cadre de l’agriculture durable. Et pour cette troisième édition, nous sommes allés dans les mines. Il se trouve que là, nous avons deux portes d’entrée, à savoir : la protection de l’environnement et le développement durable. Donc c’est pourquoi on a décidé de s’investir dans les mines à travers ce panel afin de changer positivement les impacts sur les populations à la base », a-t-il expliqué.

Aboubacar Kaba, chef service laboratoire et analyses environnementales au ministère de l’environnement

Parmi les panélistes, Aboubacar Kaba, chef service laboratoire et analyses environnementales au ministère de l’environnement. « Cet événement a été pour moi une plateforme d’échange d’idées avec d’autres partenaires qui évoluent dans le domaine de la protection de l’environnement et de la biodiversité. Donc au cours de cet exposé, j’ai eu à expliquer la position de mon ministère vis-à-vis de l’exploitation minière en République de Guinée à travers la réalisation des études environnementales et sociales, les plans de gestion environnementale et sociale et les missions de contrôle, de suivi de la mise en œuvre du contenu de ces plans de gestion environnementale et sociale », a dit ce cadre du ministère de l’environnement.

Alpha Oumar Condé, chef de division formation à l’ASCAD

Au terme des exposés, certains participants ont exprimé leur satisfaction. C’est le cas d’Alpha Oumar Condé, chef de division formation à l’ASCAD, qui salue cette initiative. « Il y a eu une thématique très importante portant sur les mines, l’environnement et le développement durable. Nul n’ignore cette problématique actuellement. Nous remarquons tous le réchauffement climatique partout dans le monde. Jamais dans l’histoire le monde n’a connu autant de chaleur.

Donc notre pays, étant un pays minier, doit prendre conscience de ce phénomène là pour essayer de faire en sorte d’atténuer les impacts et même de les résilier pourvue que nous puissions assurer un environnement durable pour les générations futures. La participation de l’ASCAD au sein de cette problématique est extrêmement importante d’autant plus que nous évoluons dans le domaine agricole à travers notre centre de Kindia. Et cette dégradation environnementale peut impacter la production agricole et peut également causer préjudice aux populations qui deviendront des vulnérables », a-t-il souligné.

A noter que cette table ronde a débouché sur plusieurs recommandations adressées aux décideurs du pays dans le cadre de la protection de l’environnement. Les participants ont notamment recommandé à l’Etat guinéen de contraindre la compagnie RUSAL/Friguia à réduire les émissions de poussière à Fria.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin