Forécariah : des peines de 30 ans de prison requises contre de nombreux accusés

Les audiences foraines se sont ouvertes hier lundi, 23 décembre 2019, dans la salle d’audience du palais de justice de Forécariah. Au total cinq (5) dossiers criminels sur six (6) ont été examinés. Quatre (4) de ces dossiers connaîtront leur épilogue ce mardi, 24 décembre 2019, avec de lourdes peines de prison déjà requises contre certains accusés, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com dans la préfecture.

Le premier dossier à avoir été appelé à la barre est celui de Maféring Camara, poursuivie pour empoisonnement et complicité d’empoisonnement sur un bébé de 23 jours. Les faits se sont produits dans la localité de Tessen, relevant de la commune rurale de Moussaya. A la barre, Maféring Camara a reconnu avoir versé de l’eau chaude et mis de la soude caustique sur le bébé.

Le procureur Amadou Diallo, dans ses réquisitions, a demandé au tribunal de retenir l’accusée dans les liens de la culpabilité d’empoissonnement. Pour la répression, le représentant du ministère public va solliciter la condamnation de Maféring Camara à 30 ans de réclusion criminelle.

Par contre, l’avocat de la défense a plaidé non coupable avant de demander l’acquittement de sa cliente surtout que le bébé en question est vivant.

Le deuxième dossier examiné est une affaire de meurtre. L’accusé se nomme Ibrahima Sory Sylla, chauffeur de profession, domicilié à Moribaya, dans la sous préfecture Maférinyah. Il aurait envoyé en brousse son homonyme, âgé de 5 ans au moment des faits, l’a ligoté avant de l’égorger.

A la barre, Ibrahima Sory Sylla a reconnu mis à sa charge tout en indiquant qu’il aurait tué l’enfant, sur instruction de Satan, afin de soigner la maladie dont il souffre lui-même.

L’avocat de l’accusé, maître Emanuel Kpana Bamba, a laissé entendre que son client souffrirait de démence et a sollicité le renvoi de l’affaire à Kindia pour une expertise médicale. Le juge audiencier, Mamadou Yaya Sow, a renvoyé le dossier au 20 janvier 2020 pour des fins d’expertise médicale.

Dans les trois autres dossiers, les accusés Younoussa Bangoura, Mohamed Soumah et Daouda Soumah sont tous poursuivis pour des cas de viol sur mineure. Ils ont tous reconnu les faits et demandé pardon au tribunal.

Le procureur Amadou Diallo a requis 30 ans de réclusion criminelle contre chacun des accusés avec une période de sûreté de 20 ans.

Le tribunal rendra sa décision dans ces dossiers ce mardi, 24 décembre 2019.

Nous y reviendrons !

Depuis Forécariah, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS