Célébration de Noël : la police salue le faible nombre d’accidents enregistrés

Contrôleur général Mamadou Camara, directeur central de la Sécurité publique et porte-parole de la police nationale
Contrôleur Général Mamadou Camara, Directeur central de la Sécurité publique et porte-parole de la police nationale

En Guinée, la célébration des fêtes, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes, est régulièrement émaillée d’accidents de la circulation, parfois mortels. Mais la fête de Noël de cette année semble avoir fait exception à cette règle. Selon la police, il n’y a pas eu d’accidents graves les 24 et 25 décembre 2019 dans tout le pays.

« Cette fois-ci les dégâts ont été minimisés. Parce que le 24 et le 25 décembre, au niveau de la ville de Conakry, il n’y a eu que des petits accidents de motos et des blessés très légers. Donc pratiquement, il n’y a pas eu de bilan macabre tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays », a confié à Guineematin.com, le Contrôleur général Mamadou Camara, directeur central de la Sécurité publique et porte-parole de la police nationale.

L’officier de police salue ce bilan et estime que ce résultat « positif » a été obtenu grâce aux dispositions sécuritaires prises par les autorités de tutelle. « En prélude à ces festivités, le ministre de la sécurité et de la protection civile a instruit la direction générale de la police nationale, de concevoir un dispositif de sécurisation des festivités de fin d’année, c’est-à-dire les 24 et 25 ; ensuite le 31 décembre et le 1er janvier à Conakry et sur l’ensemble du territoire national. Donc, les techniciens et les directeurs centraux, tous les services opérationnels se sont rencontrés, un dispositif de sécurité costaud a été élaboré et une note circulaire a été dressée, placée sous la signature du directeur de la police nationale et envoyée à l’intérieur du pays.

Dans cette note circulaire, toutes les missions que les agents doivent accomplir sont fournies ainsi que le modus operandi que chaque service déconcentré doit envisager. Alors, au niveau de la ville de Conakry, nous avons fait un découpage sécuritaire pour rendre les policiers ou les services de police plus proches des populations. Et, ce découpage nous a permis d’avoir 11 zones sécuritaires dans le grand Conakry, c’est-à-dire Conakry, Dubréka et Coyah. Pour la circonstance, au niveau de la ville de Conakry, il y a eu 3458 policiers mobilisés rien que pour la sécurisation des festivités de fin d’année.

Le 24, vous avez vu un impressionnant dispositif sécuritaire qui a été mis sur le terrain à partir de 18 heures 30 jusqu’à 6 heures du matin. Et également le 25, à partir de 19 heures le même dispositif a été reconduit et qui a travaillé jusqu’au matin du 26 », a-t-il expliqué, ajoutant que la police a également lancé un appel aux citoyens pour leur dire « de faire attention et de savoir que le droit d’un citoyen peut affecter le droit d’un autre. Donc si chacun évolue dans son droit, c’est dire que les services de sécurité, la police, a la possibilité de sécuriser les citoyens pour que les fêtes de fin d’année se passent dans de très bonnes conditions ».

Contrôleur Général Mamadou Camara, Directeur central de la Sécurité publique et porte-parole de la police nationale
Contrôleur Général Mamadou Camara, Directeur central de la Sécurité publique et porte-parole de la police nationale

Le Contrôleur général Mamadou Camara réitère ce même appel pour éviter des accidents graves le 31 décembre et le 1er janvier prochains. « Nous demandons aux citoyens, d’abord, d’accepter de se soumettre aux contraintes des services de sécurité. Ensuite, de favoriser leur sécurisation, c’est-à-dire ne pas se placer à des endroits difficiles, à des endroits d’insécurité », a-t-il exhorté.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS