Conakry : un corps sans vie retrouvé dans la rue à Kipé

Une jeune femme d’une trentaine d’années a été retrouvée morte ce vendredi, 27 décembre 2019, au centre émetteur, dans le quartier Kipé. La victime était une démente qui vivait dans la rue, a appris un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

La victime se prénomme Mariama. Atteinte d’une dépression mentale, elle vivait dans la rue, précisément au centre émetteur de Kipé, depuis quelques années. « Je travaille ici depuis deux (2) ans. Et pendant tout ce temps, je voyais cette dame monter et descendre ici. Elle mangeait les restes des plats que les gens laissaient au bord de la route et dormait devant les boutiques qui sont là. Je la voyais aussi fumer de la cigarette, et tout le temps elle souriait en passant », témoigne Aboubacar Camara, syndicaliste des transporteurs basé au rond-point de Kipé.

Jusqu’à ce vendredi matin, la jeune femme était en vie. Alpha Camara, commerçant au centre émetteur, a été surpris d’apprendre qu’elle est décédée. « Je l’ai trouvée ici ce matin quand je suis arrivé. On s’est salué et elle a souri, je suis donc monté pour ouvrir. Entretemps, je l’ai entendu pousser des cris, mais je ne l’ai pas trop considérée. Quelques temps plus tard, j’ai entendu les gens dire qu’elle était morte », explique le commerçant.

Le chef de quartier de Kipé était informé de la situation de Mariama. Selon lui, elle est morte des suites de maladie. « Il y a cinq (5) jours que nous avons été informé de la présence d’une folle qui est malade ici au centre émetteur. Nous sommes donc venus nous enquérir de la situation, et nous avons trouvé qu’il fallait absolument alerter les services de santé, car elle ne se contrôlait plus.

C’est ainsi que la commune a mis la Croix-Rouge à notre disposition. Nous l’avons prise ici pour l’envoyer à Donka où elle a été admise au service de la psychiatrie. Mais puisqu’elle n’avait pas de parents pour rester à ses côtés et elle ne se contrôlait pas, elle a finalement été ramenée dans l’espoir de retrouver ses parents », a indiqué Elhadj M’Bemba Soumah.

A noter que le centre émetteur de Kipé abrite beaucoup de déments, qui vivent des restes de manger provenant des restaurants environnants. Pour le président du conseil de quartier, « c’est un coin de fous. Même hier, quand je passais ici, il y avait une autre folle qui hurlait et qui parlait n’importe comment. Généralement, ils sont sans adresse. »
Pour éradiquer ce phénomène qui constitue aussi une source d’insécurité pour les citoyens, les autorités du quartier disent remonter les informations au niveau communal pour que les dispositions nécessaires soient prises. Elhadj M’Bemba Soumah appelle surtout à la responsabilité des familles dans la gestion de leurs malades mentaux. « Il faut que chacun contrôle sa famille, que chacun maitrise sa famille. On ne peut pas laisser son propre enfant comme ça dans la nature, même s’il est malade », a-t-il dit.

Au moment où nous quittions les lieux, les services de police et de la protection civile étaient à pied d’œuvre pour transporter le corps vers les services compétents pour des fins d’autopsie et d’inhumation.

Alsény Kaba pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS