Aliou Bah du MoDeL : « aller aux élections le 16 février, c’est aider Alpha Condé dans son projet de 3ème mandat »

Devant ses militants mobilisés ce samedi, 28 décembre 2019 au siège de sa formation politique, le président du Mouvement Démocratique Libéral (MoDeL) est revenu sur les raisons de la non-participation du parti aux élections législatives prévues pour se tenir le 16 février 2020. Aliou Bah a invité aussi ses partisans à se mobiliser derrière le FNDC pour « empêcher » la tenue de ce scrutin, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Aliou Bah, président du parti MoDel

Selon l’opposant, « aller souscrire aux élections du 16 dans ces conditions-là, c’est aider carrément Alpha Condé dans son projet. Donc on ne pas y aller et prétendre le contraire. En plus, nous tous nous avons dit dans l’avant dernière déclaration du FNDC, que le président, pour avoir fait un acte de parjure et de violation de son serment, a perdu toute légitimité. A partir du moment où on souscrit à une telle déclaration, en tant que personnes responsables ayant pris toutes les dimensions et toutes les implications d’une telle décision, on ne peut plus revenir derrière cet homme-là en tant que président.

C’est quand on reconnait une autorité qu’elle existe. Si on ne la reconnait plus, c’est qu’elle n’existe plus. Donc, tant que les conditions ne sont pas réunies pour qu’on ait une élection qui reflète le choix de nos compatriotes, non seulement le MoDeL n’ira pas aux élections et il n’y aura pas d’élections en Guinée le 16 février », a promis Aliou Bah.

Pour permettre justement l’atteinte de cet objectif que s’est fixé l’opposition guinéenne, le leader du MoDeL appelle à une forte mobilisation de ses partisans. « Des efforts sont en train d’être fournis. Il y a un travail sérieux qui est en train d’être fait par l’opposition plurielle afin d’empêcher la tenue de ces élections. Même ceux qui accompagnent la Guinée dans ce processus ne sont pas confiants par rapport à la tenue de ces élections le 16 février prochain. A date, je vous dis que le budget alloué au processus électoral arrive au compte-goutte à la CENI, selon les opérations sur le terrain. Il est confisqué à la présidence de la République.

Et, vous constatez aussi qu’au niveau international, la mobilisation autour de la Guinée ne faiblit pas. Surtout tout le monde a le même niveau d’information y compris nos voisins qui ont une position très claire par rapport à la situation de notre pays. Mais, nous devons compter beaucoup sur nous-mêmes. Raison pour laquelle il faut continuer de se battre et suivre les directives qui seront données dans les prochains jours par l’opposition et le FNDC », a lancé l’opposant au régime Alpha Condé.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel. (00224) 626 66 29 27

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS