Vente d’Air Guinée : Cellou Dalein, « le cauchemar d’Alpha Condé », se dédouane

A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG de ce samedi, 28 décembre 2019, Cellou Dalein Diallo a tenu à répondre au président Alpha Condé, qui l’accuse régulièrement d’avoir contribué à mettre la Guinée en retard pendant qu’il était aux affaires. L’opposant, qui a passé 11 ans dans différents gouvernements du président Lansana Conté, se dit fier des réalisations qu’il a faites pendant qu’il était ministre, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Parmi ces réalisations, il cite l’autoroute Fidel Castro, la route PK 36-Dubréka-Boffa avec le pont sur le Fatala, la route Kouroussa- Kankan, celle de Kankan-Kourémalé jusqu’à la frontière avec le Mali avec plusieurs ouvrages de franchissement, notamment les ponts sur le Niger à Yirikiri, le pont de Djélibakoro, celui à la rentrée de Siguiri sans compter la route Sérédou- N’Zérékoré-Lola avec le pont sur le Djani, entre autres. « On ne dormait pas. Nous sommes fiers de nous. Votre président est fier de ce qu’il a fait », a-t-il déclaré.

Revenant sur le cas de la compagnie aérienne Air Guinée qu’il est accusé d’avoir vendue, le principal opposant du régime Condé n’a pas manqué d’arguments pour se défendre. « Je vais revenir sur le cas d’Air Guinée. Je me suis opposé. Elhadj Mamadou Sylla (le président de l’UDG, ndlr) est là. Ça a été une source de conflits entre nous. J’ai dit au président Conté qu’il ne faut pas vendre Air Guinée à Mamadou Sylla. Il (Lansana Conté, ndlr) a dit non, qu’il l’a vendu. Il y avait trois avions : le Boeing 707, le Boeing 737 et le Boeing 727.

Le 707 et le 727 ont été vendus au Nigéria, aux étrangers, et il a dit celui-là (le Boeing 737), je le vends à un guinéen. J’ai dit : président, ce n’est pas moi qui m’occupe de la privatisation, c’est le ministère des Finances où il y avait une cellule de privatisation. Je n’ai pas participé aux négociations, je n’ai pas su qu’est-ce qui a été payé, ni quel est le prix. C’est la cellule de privatisation qui l’a fait. Il (Alpha Condé, ndlr) veut qu’on dise que c’est moi qui ai pris l’avion présidentiel, le Boeing 737 pour vendre », regrette-t-il.

Pour ce qui est de l’accident de la compagnie survenu au Bénin, le ministre des Transports à l’époque rappelle qu’en en matière d’aviation, il y a généralement les aviations civiles de trois pays qui sont impliquées dans les enquêtes : le pays d’immatriculation de l’avion, le pays dans lequel l’accident a eu lieu, qui dirige les enquêtes, ainsi que le pays de fabrication. « Pour le cas d’Air Guinée, les trois aviations civiles se sont concertées, et comme c’est le Bénin qui était habilité à faire l’enquête, il l’a confié à la direction générale de l’aviation civile de France qui a mené toutes les enquêtes.

L’avion était en règle. C’était un avion qui appartenait à la compagnie American Air Lines. Elle avait fait toutes les révisions requises, c’est n’était pas la faute de l’avion. Le rapport d’enquête se trouve au ministère des Transports. Il y a eu une surcharge à Cotonou et un mauvais placement des bagages. Mais, Alpha Condé veut dire que c’est moi parce que je suis son cauchemar. Chaque fois qu’il se couche, il faut qu’il voit Cellou, et le matin il se réveille avec une nouvelle décision », a soutient le président de l’UFDG.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS