Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, le bus transportant les joueurs de l’équipe de football du Wakriya AC Boké a fait un accident la nuit dernière dans la commune de Coyah. Le minibus qui transportait les joueurs a percuté frontalement un camion transportant du bois, stationné au milieu de la chaussée. Le bilan fait état de 3 morts et de plusieurs blessés. Au lendemain de ce drame, l’émotion est vive dans la direction du club qui a perdu deux de ses jours et son chauffeur.

Abdoulaye Manet, secrétaire général du Wakriya Athletic Club de Boké, interrogé par un reporter de Guineematin.com, est revenu sur ce qui s’est passé. « Hier, on a joué à Kindia contre le FC Loubha. Au retour, arrivé vers Coyah, on m’a appelé que le bus qui était devant a fait un accident. De là, on s’est transporté à l’hôpital de Coyah. Malheureusement, Aboubacar Camara dit M’Bobo, un milieu de terrain (numéro 13) et Alfred Kargbo, un attaquant d’origine léonaise, en sont décédés. Et Issiagha Camara, défenseur central, lui est toujours en coma et suit des soins intensifs dans la salle de réanimation de l’hôpital Sino-guinéen de Kipé. Les corps aussi sont à la morgue de l’hôpital Sino-guinéen de Kipé. Donc en tout, il y a trois corps, dont deux joueurs et un chauffeur », a-t-il expliqué.

Pour sa part, Dr Mikhaïl Sampou, président du Wakriya Athletic Club de Boké, a dit sa tristesse face à cette triste nouvelle. Selon lui, c’est la deuxième fois en une année qu’il perd dans des circonstances pareilles des joueurs.

Dr Mikaïlou Sampou, président du Wakriya Athletic Club de Boké

« L’année 2019, c’est l’une des pages noires, l’une des pages sombres du Wakriya AC. On venait d’un match où on n’a pas du tout reconnu notre équipe, mais c’était probablement des signes. Et malheureusement, à la rentrée de Conakry le bus a heurté un gros camion qui était en pleine chaussée avec des bois. La mort a frappé dur notre équipe où on a eu deux morts sur place ; le chauffeur aussi a rendu l’âme et il y a un qui est dans le coma. Donc, je ne peux pas vous dire dans quel état je suis. Comme vous pouvez l’imaginer, ça représente une lourde responsabilité morale. Au fond, quand on créé un club, c’est pour l’émulation, c’est pour accompagner la jeunesse, mais très malheureusement, Dieu en a décidé autrement et on ne peut que nous remettre à la volonté divine. Je profite de votre média pour présenter les condoléances à la famille sportive, aux familles biologiques, et à toute la presse sportive également qui ne cesse de nous accompagner ».

Abdoulaye Manet, secrétaire général du Wakriya Athletic Club de Boké

Parmi les victimes, il y a un étranger du nom d’Alfred Kargbo, un attaquant d’origine Léonaise. Le président du Wakriya a indiqué que des dispositions seront prises de concert avec sa famille pour voir où il doit être enterré. « Nous sommes présentement en discussion avec la famille, ou nos relations qui sont là-bas, notamment ses entraîneurs du club dans lequel on l’avait recruté là-bas. Mais pour le moment, nous n’avons pas eu de retour. Ils sont en pleine réunion de crise là-bas pour nous dire comment ils souhaitent qu’on fasse. Donc, nous, nous ne pouvons qu’accompagner la famille. Notre souhait, compte-tenu de la distance, c’est de l’enterrer à Conakry et envoyer une délégation et surtout compte-tenu de l’état du corps. Mais, tout dépend de la volonté de sa famille biologique. On se met à leur place, il est difficile de laisser ton enfant partir aller jouer au football et après il décède sans que tu ne puisses même voir son corps. C’est difficile, mais on attend le retour de ses parents biologiques qui sont à Freetown », a-t-il expliqué.

Abdoulaye Camara

Alfred Kargbo

A noter que qu’Aboubacar Camara dit M’Bobo, milieu de terrain était âgé de 20 ans et originaire de Matam, Conakry. Il était fils d’Abou et de Marie Camara. Le défunt jouait parallèlement pour l’équipe nationale locale. Quand à Alfred Kargbo, lui était fils d’Abu et d’Adama Kamara. Le défunt était un excentré gauche et avait 18 ans. Le chauffeur s’appelait Sayon Traoré, originaire de Siatagbè Cherif, un quartier de la commune urbaine de Kankan. Agé de 39 ans, il était fils de Fatoumata Kourouma et d’Elhadj Moussa.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin